Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 340 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 300

variabilité de la douleur1

douleur variable au beau fixe

invariablement

tout aussi invariablement seul à la

supporter

même2 si elles deviennent insupportables

aux autres, les faire supporter aux

autres devient vite insupportable à soi

et aux autres3

qui4 n’en est pas moins

et pas plus5 doux à vivre6

le leurre si doux de se croire

seul

mais chacun enfermé malgré

tout7 dans sa propre douleur

qu’en vain on cherche à faire partager

cette condition humaine8

de la souffrance que nous

partageons tous malgré nous

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre noire dans les quatre derniers cinquièmes de la vingtième-cinquième page et dans le premier quart de la vingt-sixième

d’un carnet de notes à spirale portant le logo “rfi”, offert à P. Vianna le 2 mai 2015

lors de sa participation à une émission sur les ondes de Radio France Internationale ;

ce carnet, au format 13 cm x 14 cm, contient 96 pages lignées, soit 48 feuilles, de couleur blanche,

entre deux couvertures en papier cartonné plastifié, l’une aux carrés multicolores, l’autre rouge, la deuxième et la troisième de couverture étant blanches ;

outre dix-sept poèmes et les embryons des poèmes numérotés 46, 47 et 128 dans la section Les autres poèmes d’Éric Meyleuc de Poésie pour tous,

ce carnet de notes contient des réflexions diverses, des aide-mémoire, des notes personnelles, des notes prises à partir de lectures,

le tout écrit, entre, probablement, notre retour d’un séjour à Valencia (Espagne) du 10 au 14 juin 2016 et, sans aucun doute, le 17 mars 2017,

date d’un relevé de tension artérielle figurant dans la quatre-vingt-onzième page du carnet, dont les cinq dernières pages sont restées vierges ;

le poème que nous transcrivons ici n’est pas daté ;

toutefois, il est postérieur aux premières notes prises lors de nos vacances dans le Trégor (Bretagne), au moulin de Ker Anio, du 27 juin au 17 juillet 2016

et antérieur à une note sur le quotidien, qui figure à la trente-neuvième page du carnet, précédée de la mention hier soir Dimanche 10 jt ;

nous pouvons donc situer l’écriture de ce poème entre le 27 juin et le 11 juillet 2016 ;

ce poème est également postérieur au poème numéroté 298 dans la présente section de Poésie pour tous

et donc, comme pour ce dernier, il est même fort probable que le terminus post quem de son écriture est le 1er juillet 2016

2. dans le manuscrit, même est, comme souvent, abrégé en un “m” surmonté d’un trait

3. dans le manuscrit, les mots et aux autres sont écrits dans la marge de gauche,

sur trois lignes serrées, à la hauteur de l’interligne séparant le vers précédent du suivant

4. notons ici l’absence du ce, qui a été manifestement omis ; volonté délibérée ou oubli ?

5. dans le manuscrit, plus est, comme souvent, abrégé en +

6. il semblerait que, dans un premier temps, le poète avait écrit douce lueur [lecture conjecturale] l’état de / leur,

puis il a barré les mots que nous lisons lueur l’état de / leur, a transformé douce en doux,

et a écrit sous le mot lueur les mots non plus, qu’il a cependant barrés pour écrire

à vivre en dessous à la même ligne que le pronom leur qui avait été barré

7. dans le manuscrit, le poète avait d’abord écrit malgré soi à la fin du vers précédent,

puis il a barré le mot soi et commencé ce vers par le mot tout

8. dans le manuscrit, ce vers et les deux suivants, qui figurent tous les trois dans

la vingt-sixième page du carnet de notes, sont réécrits par-dessus à l’identique

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 novembre 2022