Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 169 poèmes de 170 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 106

reprendre corps dans1

cette carcasse

vidé mis en carapace2

où les sens n’ont pas3

plus libre cours

sens fossilisés métallisés4

en mécanique de la cadence5

attention, cette peau

où est-elle6

cette chair, ces muscles

frustrés au rythme de la performance7

de la gloire8

de l’impératif de la réussite

possessive9

l’attendrir à la légèreté d’un

papillon qui se pose sur

les odeurs10 champêtres11

et forestières

à la chaleur du bois et de la terre

à la caresse de l’eau sur la pierre

au bruissements des frondaisons

à la passion tempétueuse

des éléments qui s’interpénètrent12

à la force13

dans l’harmonie de leurs contours

leurs14 contrastes

 

nota bene

1. ce poème est écrit au feutre fin bleu sur le verso d’une feuille et le premier tiers du recto de la suivante, toutes deux issues d’un carnet de notes à spirale au format 11,4 cm x 18 cm,

aux pages de couleur blanche contenant des poèmes, des réflexions diverses, des notes prises à partir de lectures, le tout écrit

entre le début de 2010 et le début de 2017 ; il s’agit de la quatrième page et du début de la cinquième d’une série de huit, sur lesquelles figurent huit poèmes

qui se succèdent, à part une note de réflexion politique au sujet d’un texte que lisait alors le poète, située entre le quatrième et le cinquième poème ;

dans la présente section de Poésie pour tous, nous transcrivons ces poèmes de façon également successive à partir du poème numéroté 103 jusqu’au poème numéroté 110 ;

la fin du poème est indiquée par un trait horizontal après lequel commence la note de réflexion mentionnée ci-dessus et qui se termine par trois lignes

écrites au verso de la feuille, dans lequel se trouvent les poèmes numérotés 107 et 108 dans la présente section de Poésie pour tous ;

aucun indice ne nous permet d’avancer une date pour l’écriture du poème transcrit ici, mais la thématique de cinq des huit poèmes de cette séquence

(du deuxième au sixième) et les éléments concrets qu’ils contiennent pourraient conduire à situer leur écriture durant l’été 2015,

au cours duquel, logés à Picherande du 3 au 24 août, pendant trois semaines nous avons randonné dans le Massif central, entre Cantal et Puy-de-Dôme ;

en outre, la thématique des deux derniers poèmes de la série, numérotés 109 et 110 dans la présente section de Poésie pour tous,

recouvre celle du spectacle que nous préparions à cette époque-là, Danger. Urgence !, que nous avons joué en novembre 2015

et dont l’ébauche du début figure dans le même carnet

2. dans un premier temps, le poète avait écrit vidé, suivi de quelques mots recouverts ensuite par un rectangle

rempli de traits très denses qui les rendent illisibles, puis des mots de ses, également barrés, mais d’un seul trait ;

enfin, commençant au-dessus de ces deux mots, le poète a écrit dans l’interligne supérieur mis en carapace (cf. la note 4 ci-dessous)

3. dans un premier temps, le poète avait écrit à la suite de la première version du vers précédent sens qui n’ont plus,

puis il a barré le pronom relatif qui et ajouté les mots où les en début de vers

4. dans un premier temps, le poète avait écrit sens fossilisés en carapaces [lecture conjecturale, mais cf. la note 2 ci-dessus],

puis il a barré ces deux mots et a écrit dans l’interligne supérieur, légèrement décalé à droite par rapport au mot fossilisés, l’adjectif métallisés

5. dans le manuscrit, les quatre derniers mots de ce vers sont réécrits par-dessus à l’identique

6. dans le manuscrit, ce vers est écrit en deux lignes dans la marge de gauche

7. dans le manuscrit, ce vers et le suivant sont réécrits par-dessus à l’identique ;

par ailleurs, dans un premier temps ce vers se réduisait à de la performance, puis le poète a ajouté dans la marge de gauche, en début de vers,

légèrement décalé vers le haut, l’adjectif sclérosés, qu’il a barré pour écrire, juste en dessous, l’adjectif frustrés

et ensuite ajouter dans l’interligne supérieur les mots au rythme, délimités par une coche dont la pointe se place entre les mots frustrés et de ;

il paraît possible d’affirmer que la réécriture par-dessus mentionnée ci-avant est postérieure à ces modifications, car l’adjectif sclérosés n’avait pas subi ce traitement

8. dans le manuscrit, ce vers est suivi d’un autre, barré de plusieurs traits horizontaux parallèles assez denses,

mais dont les derniers mots sont encore lisibles : le plaisir, précédés de ôtant ou peut-être pour,

sans que nous puissions savoir si d’autres mots les précédaient encore

9. dans un premier temps le poète avait écrit sociale, mot qu’il a barré de plusieurs traits horizontaux parallèles pour écrire ensuite individuelle,

qu’il a également barré de quelques traits horizontaux pour écrire enfin possessive

10. on pourrait également lire les senteurs

11. dans un premier temps, le poète avait écrit florales, puis il a barré ce mot et a écrit à la suite champêtres

12. dans un premier mouvement, le poète avait écrit des éléments sur qui, mais, probablement tout de suite, il a barré la préposition sur

et écrit s’interpénètrent dans l’interligne inférieur, en dessous du mot barré et du pronom relatif

13. force est une lecture conjecturale ; peut-être pourrait-on lire forêt ou folie, mais cela nous semble peu probable

14. on pourrait également lire et leurs contrastes ou encore de leurs contrastes,

mais dans ce cas il faudrait considérer que le “t” de et ou le “d” de de

serait fondu au “l” initial de leurs, ce qui nous semble peu probable

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 avril 2021