Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

1 899 poèmes de 155 poètes de 30 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes graphiques Poèmes et images Poèmes et sculptures Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc 33

le silence de la liberté

cette plénitude

débarrassée du murmure1 entêtant du jugement

question

qui scelle2 les chaînes de la sentence

 

nota bene
la version ci-dessus est le dernier état du poème que nous connaissons ;

elle figure dans un fichier Word du 22 septembre 2013 (V5)

dans les cinq versions de ce texte la date d'écriture indiquée est la même ;

il existe cependant quatre versions précédentes :

la première figure dans un fichier Word du 10 juin 2013 (V1)

la deuxième, celle parue dans Poésie pour tous, figure dans un fichier Word du 13 juin 2013 (V2)

les deux autres figurent dans des fichiers Word datés

du 14 juin 2013 (V3),  du 10 juillet 2013 (V4)

ci-après, nous indiquons les variantes de ces quatre versions antérieures

1.  dans V2, V3 et V4, cliquetis au lieu de murmure

2. au lieu de qui scelle,

dans V1, on lit qui impose ;

dans V2, qui forge ;

dans V3, qui (tire) forge

dans V4, qui forge (et tire)

par ailleurs, dans un fichier Word du 28 novembre 2013

nommé silence de la liberté raconté

nous avons un texte bien plus long

qui, bien que la date indiquée à la fin soit toujours celle du 19 avril 2012,

 est le développement ultérieur des cinq vers ci-dessus

le voici

le silence de la liberté

cette plénitude

débarrassée du murmure entêtant du jugement

question

qui scelle les chaînes de la sentence

avons-nous assez confiance en notre conscience

pour ne pas nous laisser influencer par le manque de courage ou de conscience des autres

|qui nous reprochent d’affirmer la nôtre

ne sachant répondre que par le silence moqueur de la gêne, de l’aigreur et du mépris

|ce silence pesant de la liberté

cette femme avec cette voix rauque grave qui chante une chanson de jean ferrat

sur la misère du travail, l’exploitation capitaliste

elle ne chante pas très juste avec sa voix grave

et sa façon de chanter prête à rire

et d’ailleurs la plupart des gens en rigolent avec plus ou moins de gêne

sans doute ne font-ils pas attention au texte, dont les paroles n’ont rien de risibles

|et me paraissent fort justes à propos dans la voix de cette femme

|qui chante la misère des pauvres travailleurs exploités

|qu’elle semble porter sur ses épaules voûtées

cette femme qui regarde par en dessous pas très rassurée par les sourires moqueurs

rencontre-t-elle tout de même le regard de mes oreilles attentives qui essaient de faire abstraction

|du bruit de la rame sur les rails

peut-être les mots par la simplicité de leur vérité et qui appellent un chat un chat

|le capitalisme le capitalisme, le travailleur exploité le travailleur exploité

bref cette liberté des mots sans détours, sans manipulation sans travestissement met-elle mal à l’aise

|ceux qui n’ont pas le courage de les prononcer, de dénoncer avec

|ce qu’ils subissent en silence ou voient subir sans réagir

prisonniers d’eux-mêmes trop attentifs à rester dans le bon moule de la normalité

ce silence honteux

est le silence que provoque la liberté de cette femme qui fait fi des jugements de la normalité,

|elle transparaît dans la fadeur ainsi mise à mal du quen dira-t-on imposé

cette liberté qui ne demande qu’à communiquer à se gonfler d’échange

de quel jugement parlons-nous

moral intellectuel

un jugement constructif

 

horizontal rule

éric meyleuc

19 avril 2012

paru dans Poésie pour tous

du 15 juin au 14 juillet 2013

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes graphiques ] Poèmes et images ] Poèmes et sculptures ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 octobre 2018