Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 237

peur de sombrer dans le1

silence permanent

instinct de survie

pulsion de vie

vie ramenée2 toujours3 dans le monde

de la parole

le silence de la honte

qui préjuge

qui4 juge d’avance

ou alors5 qui juge plutôt6

d’après7

l’incompréhension

qui vient avant

le silence d’après le silence

qui ne se fait plus

que dans le silence

des mots

mais pas des sons

gestes animés8 pleins9

d’envie de

casser

ces

silences

trompeurs

froidement

le silence fait suite

au silence

qui n’en finit

jamais

lancinant silence

du jugement couperet

la solution serait

peut-être

d’abolir tout jugement

et donc

la honte

couper les racines10

du jugement qui forme11

la honte

c’est réduire au silence12

le jugement13

qui méprise et opprime14

redonner au respect dû à chacun sa pleine et entière liberté d’expression15

y compris au silence bien humain

comblé

le silence de la liberté16

cette plénitude

débarrassée du murmure

entêtant du jugement

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre noire dans le dernier tiers de la quatre-vingt-dix-septième page écrite, la totalité de la quatre-vingt-dix-huitième

et les deux premiers cinquièmes de la quatre-vingt-dix-neuvième, ainsi qu'au début de la moitié inférieure de la centième page

(quatre vers, précédés de la mention suite silence 19 / 03 / 2012, placés après la fin du poème numéroté 240

dans la présente section de Poésie pour tous et séparés de lui par un trait)

d’un livre de notes offert au poète lors du 27e Salon du livre de Paris, en mars 2007 (le pays à l’honneur était l’Inde), au format 13,5 cm x 19,6 cm,

relié en « toile Monceau Cachemire sur GTI », contenant 200 pages non lignées

(dont six pages de garde et de crédits, deux au début et quatre à la fin), soit 100 feuilles, de couleur blanche,

au format 12,7 cm x 18,7 cm, mais dont les deux premières feuilles ont été arrachées probablement avant de servir ;

ce livre de notes contient un grand nombre de poèmes, des réflexions diverses, des aide-mémoire, des notes personnelles,

des notes prises à partir de lectures, le tout écrit entre la fin de 2010 et probablement la fin d’octobre 2014,

la presque totalité des textes étant datés ; le dernier texte daté, qui figure dans la cent-quatre-vingt-sixième page écrite du livre,

est précédé de la mention le 20/10/2014 ;

le poème que nous transcrivons ici est précédé de la date le 19 / 03 / 2012 ;

le premier tiers de la quatre-vingt-dix-septième page est occupé par les trois derniers vers du poème numéroté 235 dans la présente section

de Poésie pour tous et par une brève réflexion au sujet d’un passage de Le gai savoir de Nietzche,

laquelle est séparée des textes des poèmes par des traits variés ;

le deuxième tiers tiers de ladite page est occupé par le poème numéroté 236 dans la présente section de Poésie pour tous,

écrit le même jour et qui est indiscutablement à rapprocher de celui-ci,

ces deux poèmes ayant également des liens avec celui numéroté 33

dans la section Les autres poèmes d’Éric Meyleuc de Poésie pour tous

2. vie ramenée est une lecture conjecturale ; peut-être pourrait-on lire qui ramène, mais dans ce cas,

le relatif qui serait très bizarrement écrit, ou encore me ramène, mais alors manquerait le relatif qui

3. dans le manuscrit, toujours est, comme souvent, abrégé en tjrs

4. dans un premier temps, ce vers commençait par un mot que le poète a ensuite barré et qui pourrait être soit mais, abrégé, comme souvent en ms, soit et

5. dans le manuscrit, le mot alors est écrit dans l’interligne supérieur, de biais en montant, en commençant juste au-dessus de l’espace entre ou et qui

6. dans le manuscrit, plutôt est écrit dans l’interligne inférieur, délimité par une coche dont la pointe est placée entre les mots juge et d’après,

ce deux derniers ayant ensuite été rejetés à la ligne suivante (cf. la note ci-après)

7. dans un premier temps, les mots d’après étaient les derniers du vers précédent, mais probablement

après avoir ajouté le mot plutôt (cf. la note 6, ci-dessus), le poète à indiqué, au moyen d’une flèche tournée vers la gauche,

que ces mots devaient être placés seuls à la ligne suivante

8. animés est une lecture conjecturale ; peut-être pourrait-on lire mimés

9. le mot pleins et les cinq vers suivant semblent avoir été ajoutés, les vers en question étant écrits à gauche,

légèrement décalés, en commençant à la hauteur de l’interligne qui sépare le vers précédent et le vers froidement

10. dans un premier temps, ce vers était s’affranchir, puis le poète a barré ces deux mots et a écrit à la suite couper les racines

11. forme est une lecture quelque peu conjecturale ; peut-être pourrait-on lire fourni

12. dans un premier temps, le poète avait écrit c’est donner vie au silence du, puis il a barré donner vie et a écrit juste au-dessus rendre,

mais ensuite il a également barré ce mot et a écrit réduire dans l’interligne inférieur, en dessous de donner vie ;

enfin, il a aussi barré le du qui suivait le mot silence

13. dans un premier temps, presque certainement avant de barrer du à la fin du vers précédent (cf. la note 15 ci-dessus),

le poète avait écrit jugement, précédé d’un mot barré de plusieurs traits qui l’ont rendu illisible,

puis il a ajouté le dans l’interligne supérieur, au-dessus de l’espace qui sépare le mot barré de jugement ;

en outre, le poète avait écrit après jugement, l’adjectif oppresseur, et ce probablement après avoir ajouté les mots indiqués dans la note 14 ci-après,

car cet adjectif, finalement barré, est écrit de biais en montant, l’ajout indiqué ne laissant pas de place pour l’écriture à l’horizontale

14. dans le manuscrit, ce vers est écrit sur deux lignes, la première, qui méprise, dans l’interligne inférieur,

en commençant sous le mot barré indiqué dans la note précédente, et la deuxième, et opprime,

dans la marge de gauche, de biais en montant, en commençant à la hauteur du vers suivant ;

ce découpage nous ayant semblé dû à un manque de place, nous avons transcrit ici les mots concernés en un seul vers

15. dans un premier temps, ce vers et les deux suivants étaient redonner la liberté d’expression / y compris du silence bien humain / comblé ;

ensuite, dans l’interligne inférieur, le poète a ajouté les mots au respect dû à chacun, délimités par une coche

dont la pointe est placée entre redonner et la liberté, puis il a transformé la en sa et a ajouté, dans l’interligne supérieur,

les mots pleine et entière, délimités par une coche dont la pointe est placée entre sa et liberté ;

enfin, dans le deuxième de ces vers, le poète a transformé du en au

16. ce vers et les trois suivants figurent au début de la moitié inférieure de la centième page,

précédés de la mention suite silence 19 / 03 / 2012, placés après la fin du poème numéroté 240

ans la présente section de Poésie pour tous et séparés de lui par un trait

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022