Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 186

ça continue de tanguer1

malgré le retour à la terre ferme2

qui me paraît bien friable

prêt à m’abysser3

je me grappine4

me rapine

me pine

à mes rêves5

qui ne trouvent aucune

approche de la réalité

de plus6 en plus indifférente7

à mes tentatives de

sabordage

D’accord8 le monde

n’a pas besoin

de ma rêverie9 pour se saborder

lui10-même11 comme12 un grand

mais13 moi je parle de troquer le sabordage14

d’un potentiel pour aborder un autre angle

un autre avenir

d’un anéantissement annoncé

de prise en main de ce potentiel

alors que le monde se saborde

tout net

je ne suis pas le seul à vouloir un

autre avenir

 

nota bene

1. à part quelques modifications à l’encre bleue signalées dans les notes ci-dessous, ce poème est écrit à l’encre noire dans les trois derniers

quarts de la trente-sixième page écrite et les deux premiers cinquièmes de la trente-septième d’un livre de notes offert au poète

lors du 27e Salon du livre de Paris, en mars 2007 (le pays à l’honneur était l’Inde), au format 13,5 cm x 19,6 cm,

relié en « toile Monceau Cachemire sur GTI », contenant 200 pages non lignées

(dont six pages de garde et de crédits, deux au début et quatre à la fin), soit 100 feuilles, de couleur blanche,

au format 12,7 cm x 18,7 cm, mais dont les deux premières feuilles ont été arrachées probablement avant de servir ;

ce livre de notes contient un grand nombre de poèmes, des réflexions diverses, des aide-mémoire, des notes personnelles,

des notes prises à partir de lectures, le tout écrit entre la fin de 2010 et probablement la fin d’octobre 2014,

la presque totalité des textes étant datés ; le dernier texte daté, qui figure dans la cent-quatre-vingt-sixième page écrite du livre,

est précédé de la mention le 20/10/2014 ;

le poème que nous transcrivons ici est précédé de la date 20 Février [2011] ;

par ailleurs, notons que l’ensemble du poème est parcouru par un sorte de ligne sinusoïdale à la verticale,

tracée à l’encre noire, qui pourrait faire penser que le poète avait voulu “renier” ce texte ;

toutefois le fait que, dans un deuxième temps, il ait apporté des modifications au poème à l’encre bleue

pourrait signifier qu’il aurait changé d’avis quant à la conservation du texte ;

naturellement, nous ne pouvons pas écarter l’hypothèse que ladite ligne ait été tracée

dans un troisième temps, après les modifications faites à l’encre bleue ;

enfin, signalons que, à droite des quatrième, cinquième et sixième vers, figure un petit dessin,

à l’encre bleue, qui pourrait figurer, à la verticale, un pénis en érection

2. ce retour à la terre ferme est une allusion à notre retour de Venise, où nous avons séjourné du 5 au 12 février

(cf. les poèmes numérotés de 178 à 182 de la présente section de Poésie pour tous

ainsi que le poème numéroté 30 dans la section Les autres poèmes d’Éric Meyleuc du site)

3. abysser nous semble être un néologisme créé par le poète

4. dans le manuscrit, ce vers est réécrit par-dessus, à l’identique, avec le même stylo noir qui a servi à l’écriture du premier jet du poème

5. dans un premier mouvement, le poète avait écrit illusions, mot qu’il a barré,

probablement juste après l’avoir écrit, pour le remplacer par rêves, mot écrit à la suite

6. dans le manuscrit, ce premier plus est abrégé en +, alors que le deuxième est écrit en toutes lettres

7. dans le manuscrit, nous lisons indifférente, ce qui signifie que l’adjectif se réfère à la réalité, mentionnée à la fin du vers précédent ;

toutefois, compte tenu de l’écriture du poète, souvent difficile à déchiffrer, notamment en fin de mot; nous aurions pu lire indifférents,

auquel cas l’adjectif qualifierait rêves, mot qui figure trois vers plus haut

8. dans un premier temps, le poète avait écrit ainsi ce vers et les deux suivants :

comme [abrégée, comme souvent en un “c” surmonté d’un accent circonflexe] si le monde / n’avait pas besoin / en effet,

puis, dans le premier des ces trois vers, il a barré comme si, et a écrit juste avant, dans la marge de gauche, D’accord,

a transformé, dans le deuxième vers, la forme verbale n’avait en n’a, en barrant les lettres vait et a barré entièrement le troisième vers

9. dans un premier temps, le poète avait écrit réalité, puis, à l’encre bleue, il a barré ce mot et a écrit, juste au-dessus, rêverie

10. dans un premier temps, le poète avait écrit elle, puis, encore à l’encre noire, il a barré ce pronom et a écrit lui juste avant,

légèrement de biais dans la marge de gauche, toujours à l’encre noire, ce qui nous fait penser que ce passage du renvoi à ma réalité

au renvoi à le monde est antérieur à la substitution de rêverie à réalité, indiquée dans la note précédente,

cette dernière modification ayant été faite à l’encre bleue

11. dans le manuscrit, même est, comme souvent, abrégé en un “m” surmonté d’un trait

12. dans le manuscrit, comme est, comme souvent, abrégé en un “c” surmonté d’un accent circonflexe

13. dans le manuscrit, mais est, comme souvent, abrégé en ms

14. dans un premier temps, ce vers et les six suivants, écrits à l’encre noire, n’étaient que cinq et se lisaient ainsi :

mais moi je parle de saborder une

réalité contre un autre avenir

[d’abord il semblerait que le poète avait écrit une autre, puis, probablement

immédiatement, il a barré le “e” d’une et ajouté tout de suite avenir]

alors que le monde se saborde

sans rien tiquer que du

[d’abord le poète avait écrit changer, puis, probablement immédiatement,

il a mis ce verbe entre parenthèses et écrit tiquer à la suite, pour enfin, barrer changer

et les parenthèses, le tout encore à l’encre noire]

néant ;

dans un deuxième temps, le poète a apporté les modifications suivantes, toutes faites à l’encre bleue :

dans le premier de ces vers, il a barré le verbe saborder et a écrit dans l’interligne supérieur troquer le sabordage ;

dans le deuxième, il a barré les mots réalité contre et a écrit dans l’interligne supérieur, en commençant avec un léger décalage à gauche,

d’un potentiel pour aborder un autre angle [angle est une lecture quelque peu conjecturale], les mots un autre avenir n’ayant pas été barrés ;

ensuite, le poète a ajouté un d’ devant l’article une qui finissait le premier des cinq vers initiaux, a barré à l’encre bleue le “e” de l’article indéfini

et a continué dans la marge de droite de biais sur six lignes ce que nous avons transcrit ici en deux vers :

d’un anéantissement annoncé / de prise en main de ce potentiel,

en sachant que le premier de ces deux vers résulte d’une lecture conjecturale ;

il nous a semblé que ces deux vers étaient destinés à être insérés là où nous les avons transcrits,

mais ce n’est qu'une hypothèse… ;

puis, le poète a entièrement barré le quatrième des vers initiaux ;

enfin, il a barré le seul mot du cinquième vers (néant), a écrit à la suite un mot

qu’il a également barré, qui pourrait être bêtement, et a écrit tout net à la suite

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022