Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 141

j’écoute les bruits contigus1

du matin qui s’éveille à la vie2

des voisins qui se réveillent

bruit des pas qui descendent3 l’escalier qui amène

à la mezzanine, du parquet de la mezzanine4 qui craque

bruit de l’eau sous pression qui coule5

et des sons des tuyaux d’eau chaude qui pètent6

de dilatation

la vie7 puissante des enfants qui

protestent. la sonnerie du micro-

ondes l’éveil

le mien d’abord8

qui descend l’escalier

doux9 de la mezzanine

les bruits du dehors le chantier de

l’aqueduc du train Aurillac / Lioran

les deux averses qui tapotent sur le toit10

en intermittence

avec le soleil silencieux11

qui vient éclaircir de sa lumière les rideaux12

Pas de quoi en faire un poème13

quoique tout14 soit sujet à poème

à mon avis

tout14 se raconte. la vie est poésie

une voix15 qui s’exprime en quête

d’existence, cherche à créer sa voie

qui n’emprunte pas forcément celles

déjà tracées mais16 passera par

de multiples chemins à inventer

par les choix qui seront faits ou pas

les ai-je faites ces choses

prisonnier de mes non-choix

de ce lieu17 de ces murs de bruits

qui envahissent mon imagination

Comme18 on est prisonnier depuis sa naissance arrachée de ses parents19

 

nota bene

1. ce poème est écrit (orientation portrait) au crayon noir sur le verso d’une feuille au format A5 issue d’une feuille de brouillon au format A4,

dont le verso contenait une lettre associative faisant référence à un bulletin d’adhésion relatif à l’année 2015,

ce qui indiquerait le terminus post quem de l’écriture du poème ;

toutefois, les références faites dans le texte à une mezzanine et, surtout, au train Aurillac / Lioran, nous permettent d’affirmer

que ce poème est lié à notre séjour de vacances à Saint-Jacques-des-Blats (Cantal) du 21 juillet au 17 août 2017

et de penser qu’il a été écrit au cours même de cette période, probablement le 6, le 9 ou le 11 août,

qui, d’après nos notes, ont été les trois seuls jours où il a plu ;

par ailleurs, notons qu’au-dessus des deux premiers mots du premier vers figurent deux lignes croisées qui pourraient faire penser à un oiseau en vol stylisé

2. les trois premiers mots de ce vers sont écrits au-dessus du premier vers, à partir de l’espace qui sépare les mots matin et contigus,

les deux derniers étant écrits sur deux lignes en dessous de qui ;

aucune indication n’étant donnée sur la place de ces mots, nous avons adopté la solution présentée ici, laquelle nous a semblé la plus adaptée

3. dans un premier temps, le poète avait écrit dans, comme souvent abrégé en ds, mot qu’il a ensuite barré pour écrire en dessous qui descendent

4. ce que nous lisons de la mezzanine est écrit dans l’interligne supérieur, commençant à la hauteur de l’espace qui sépare parquet de qui ;

le mot mezzanine semble abrégé en mezzan notre lecture étant donc en partie conjecturale, une conjecture due au fait que

la façon d’écrire ces lettres est manifestement identique à celle des deux autres occurrences du mot, où il figure en entier

5. dans un premier temps, le poète avait écrit de l’eau qui s’écoule, puis il a barré s’écoule et, oubliant de barrer qui,

a écrit dans l’interligne supérieur chaude qui coule, le mot chaude se plaçant de biais au-dessus de l’espace entre eau et le premier qui ;

ensuite, probablement après avoir modifié le vers suivant (cf. la note 6 ci-après), il a barré l’adjectif chaude pour écrire en dessous

des mots l’eau ce que nous lisons sous pression ; bien entendu, l’ordre de ces modifications indiqué ici est en partie conjectural

6. dans un premier temps, le poète avait écrit et de la tuyauterie qui craque, puis il a barré la tuyauterie, a transformé de en des

et a écrit tuyaux juste en dessous des mots barrés ; ensuite, il a écrit dans l’interligne supérieur les mots d’eau chaude, en commençant

au-dessus de l’espace précédent le relatif qui ; enfin, le poète a barré la forme verbale craque et écrit juste en dessous pètent ;

bien entendu, l’ordre de ces modifications indiqué ici est en partie conjectural

7. on pourrait lire également voix

8. ce vers et les huit suivants sont écrits dans la marge de gauche, dans le sens perpendiculaire à celui du corps principal du poème, tournés vers l’intérieur,

les trois premiers du côté gauche de la marge, les trois suivants du côté droit et les trois derniers sur toute sa longueur ;

rien n’indique où ils doivent être insérés ; nous avons considéré que l’emplacement choisi ici se justifiait par la fait que le mien

— clairement au singulier, ce qui est confirmé par la forme verbale descend — renvoie à l’antécédent éveil, plutôt qu’à l’antécédent pas,

manifestement un pluriel, qui figure au quatrième vers, car, dans ce cas, soit ces vers auraient rompu la séquence très logique des vers suivants,

soit antécédent et conséquent auraient été très éloignés ;

notre choix est aussi appuyé sur le mot barré qui précède le vers qui, dans notre transcription,

suit ces neuf vers écrits dans la marge (cf. la note 13 ci-dessous)

enfin, notons la synecdoque le mien [c’est-à-dire “mon éveil”] qui descend…

9. doux est une lecture conjecturale ; on pourrait éventuellement lire cloué ;

quoi qu’il en soit, le poète avait commencé par écrire le relatif qui, puis il l’a barré de deux traits et,

légèrement en dessous, a écrit le vers tel que nous le transcrivons ici, en le faisant démarrer plus à gauche que le mot barré

10. dans un premier temps, le poète avait écrit les deux averses intermittentes qui tapotent sur le toit, puis il barré intermittentes

et a écrit en dessous en intermittence, sans que nous puissions déterminer si cela a été fait avant ou après l’écriture du vers suivant

11. dans un premier temps, le poète avait écrit avec le soleil qui parvient à travers, puis il a barré les trois derniers mots,

sans barrer le relatif qui les précède, et a écrit silencieux dans l’interligne inférieur,

en commençant juste en dessous de la première lettre de soleil et a écrit le vers suivant, en reprenant le relatif qui ;

bien entendu, l’ordre de ces modifications indiqué ici est en partie conjectural

12. dans un premier temps, le poète avait écrit qui éclaircit les rideaux de, puis il a barré de, a écrit dans l’interligne inférieur vient,

délimité par une coche dont la pointe est placée entre qui et la forme verbale, et a transformé celle-ci en éclaircir ;

par ailleurs, dans le même interligne, il a écrit les mots de sa lumière, délimités par une coche dont la pointe se place entre éclaircir et les ;

bien entendu, l’ordre de ces modifications indiqué ici est en partie conjectural

13. dans le manuscrit, ce vers est précédé de l’article les, barré de plusieurs traits

14. dans le manuscrit, dans les deux occurrences, tout est, comme souvent, abrégé en tt

15. on pourrait lire également voie, mais la présence de ce mot dans le vers suivant nous a conduit à opter pour voix

16. dans le manuscrit, mais est, comme souvent, abrégé en ms

17. on pourrait éventuellement lire lien

18. Comme est ici une lecture conjecturale ; dans ce cas, dans le manuscrit, le mot est abrégé en un “c” majuscule surmonté d’un trait,

à l’instar de la plupart des comme écrits par le poète, mais en général en employant un “c” minuscule ;

on pourrait aussi lire Ô, mais cette interjection est très rare chez le poète ;

une autre possibilité serait d’interpréter ce que nous voyons comme un gribouillis, qui serait cependant très “net” ;

peut-être aussi ce “signe”, veut-il dire tout à fait autre chose ou n’a-t-il pas de rapport avec le texte…

19. manifestement faute de place à la fin de la ligne, les mots arrachée [lecture conjecturale ; peut-être pourrait-on lire enrobée] /

de / ses parents sont écrit de biais, en montant, sur trois lignes dans l’angle inférieur droit de la page

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022