Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 169 poèmes de 170 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 102

ronds d’eau pour quatre uns présents-absents1

vie sensuelle2 des vagues moyens3 de l’absence4

étayant5

 

siphon aspirant6

de l’absence7

désenvoûtant le vague

 

libérée la vague de l’absence

 

 

souffle égayé desséché épuisé

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre bleue sur le verso d’un rectangle de papier au format A6 découpé dans une feuille de brouillon ;

le texte est écrit dans le sens du format “paysage” ; aucun indice ne permet de déterminer la période d’écriture de ce poème ;

néanmoins, il est à rapprocher du poème numéroté 76 dans la section Les autres poèmes d’Éric Meyleuc de Poésie pour tous,

lequel porte la date du 10 janvier 2014 et dans lequel nous trouvons, d’une part, le vers ronds d’eau pour quatre uns

(avec un développement qui permet de comprendre le sens de quatre uns) et, d’autre part, le jeu avec les différents sens du mot vague ;

cela étant, rien ne permet de déterminer la chronologie relative des deux poèmes ni d’affirmer qu’ils ont été écrits au cours d’une même période ;

par ailleurs, dans le manuscrit, les vers sont écrits d’une façon nettement destinée à évoquer les mouvements de l’eau ;

en outre, dans la marge de gauche, à la hauteur des deuxième et troisième vers ainsi que de la ligne laissée en blanc qui les suit,

on trouve un dessin représentant un bonhomme stylisé, puis, en dessous, dans l’espace laissé en blanc par le décalage des deux vers,

figure un rectangle rempli — les rayures semblant recouvrir des mots barrés mais illisibles — surmonté d’un autre rectangle perpendiculaire, aussi plein,

le tout pouvant faire penser à un bateau avec son mât ou à un bâtiment avec sa cheminée et vers lequel convergent divers traits horizontaux et verticaux

approximativement parallèles dans leur catégorie ; enfin, les trois derniers vers sont séparés les uns des autres par de longs traits

horizontaux ondulés et de petits traits droits qui suggèrent des mouvements de l’eau

2. les deux mots que nous lisons vie sensuelle sont presque effacés, notamment le premier, les trois dernières lettres du deuxième mot

 étant cependant parfaitement lisibles ; il ne semble pas que le poète ait effacé ces mots,

mais que cet effacement soit le résultat d’une défaillance du stylo combinée à l’effet du temps (cf. la note 5 ci-dessous)

3. moyens est une lecture quelque peu conjecturale

4. les mots de l’ sont écrits dans l’interligne inférieur, le premier sous moyens et l’ sous l’espace qui sépare les mots moyens et absence

5. dans le manuscrit, le gérondif étayant est réécrit par-dessus, à l’identique ; il paraît ne se rattacher à rien ;

toutefois, comme il est écrit juste en dessous des mots presque effacés indiqués dans la note 2 ci-dessus,

on pourrait imaginer que le poète ait envisagé de possibles lectures différentes sans avoir tranché ;

cette hypothèse est renforcée par l’ajout de de l’ dans le deuxième vers (cf. la note 4 ci-dessus)

6. dans le manuscrit, il semblerait que ce vers est précédé de quelques mots barrés par le poète au moyen d’un dessin

(cf. la dernière partie de la note 1 ci-dessus) et qui sont illisibles ;

de même, après le mot aspirant, un ou des mots, barrés par un grand nombre de traits, sont illisibles

7. dans le manuscrit, les mots de l’absence sont réécrits par-dessus, à l’identique ; il en est de même pour les mots le vague dans le vers qui suit ;

il convient de noter que ces mots, de l'absence, étaient précédés d’un ou des mots que le poète a barrés au moyen d’un grand nombre de traits,

les rendant ainsi illisibles ; enfin, le fait que les deux derniers mots du vers suivant aient été aussi réécrits par-dessus,

peut suggérer que le poète a voulu créer une double lecture, la première rattachant de l’absence à siphon aspirant,

la deuxième rattachant de l’absence à désenvoûtant le vague, grâce à l’ondulation des vers

que nous avons signalée au début de la dernière partie de la note 1 ci-dessus

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 avril 2021