Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 169 poèmes de 170 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 101

l’éternité1

Tous à mes pieds

Gloire au dieu guerrier des souffrances engendrées2

de sa puissance destructrice dominatrice3

personne n’est à tes pieds4

il n’y a que vengeurs rebelles5

c’est toi qui es à terre

(sangsue vidé6 de ton) leurre stérile

et fossilisé dans ta propre armure en un musée des7

horreurs pour l’éternité8

 

 

sangsue de l’humanité9

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre bleue sur le recto d’une feuille issue d’un bloc-notes au format 10,2 cm x 14,4 cm,

aux pages de couleur crème claire contenant surtout des notes sur des voyages et des réflexions personnelles,

le tout ayant été écrit en 2010 et 2011 selon certains textes datés ;

nous pouvons donc supposer que ce poème a été écrit au cours de cette période ; le verso de la feuille est vierge ;

par ailleurs, les mots l’éternité sont réécrits par-dessus, à l’identique, mais à l'encre noire ; probablement le poète envisageait ces mots

 comme un titre, ce qui est l’interprétation que nous avons retenue ; cette hypothèse est renforcée par le fait qu’entre ces mots

et la ligne d’écriture suivante (Tous à mes pieds) il y a, tracée à l'encre noire, une sorte de double bordure irrégulière qui entoure des mots

qu’il est impossible de lire tant ils ont été barrés par des traits bleus multiples dans tout les sens

2. il semblerait que, dans un premier temps, ce vers était simplement bien peu glorieux et que, dans un deuxième temps,

le poète aurait ajouté, de biais en montant, la conjonction que entre bien et peu, puis écrit en fin de vers par tant de souffrances,

ce dernier mot, faute de place, étant écrit de biais en montant et le vers devenant ainsi bien que peu glorieux par tant de souffrances ;

dans un troisième temps, le poète a ajouté en début de vers le mot Gloire, qui, par rapport aux autres vers, est décalé à gauche,

a barré tous les autres mots  sauf souffrances, a écrit dans l’interligne supérieur au dieu guerrier et a ajouté avant le mot souffrances

l’article des et après le même mot l’adjectif participial engendrées, écrit parallèlement au bord droit de la page,

donnant ainsi au vers la forme que nous transcrivons ici ;

l’ordre des modifications que nous avançons est forcément conjectural

3. ce vers est écrit sur quatre lignes de biais et légèrement en courbe au-dessus, à la fois, de la fin de la partie écrite en ligne droite du deuxième vers

et des mots souffrances engendrées qui terminent ce second vers ; dans un premier temps, cet ajout était de sa puissance / destructrice / et des souffrances,

puis le poète a barré ces trois derniers mots et écrit en dessous dominatrice, donnant ainsi la forme “définitive” à ce que nous lisons comme le troisième vers du poème

4. dans le manuscrit, tous les mots de ce vers sont réécrits par-dessus, à l’identique

5 la lecture de ce vers est très conjecturale ; par ailleurs, à la fin du vers, il y a deux mots barrés, qui pourraient être bien organisés ou très organisés

6. le mot sangsue étant du féminin, on s’attendrait à la forme “vidée” ; probablement comme pour fossilisé au vers suivant,

le poète a voulu accorder l’adjectif avec dieu guerrier, puisque c’est lui qui est vidé de son leurre stérile ;

cela est d’autant plus plausible que la mise entre parenthèses des mots sangsue vidé de ton pourrait indiquer que le poète envisageait la suppression de ces mots ;

toutefois nous ne pouvons pas écarter l’hypothèse d’un manque d’attention qui aurait été corrigé à la relecture et à la frappe du poème…

7. dans un premier temps le poète avait écrit et destructeur / fossilisé en un musée des / horreurs pour l’éternité,

puis il a barré le mot destructeur, laissant et / fossilisé en un musée des / horreurs pour l’éternité ;

ensuite, il a écrit les mots dedans [lecture conjecturale] ta propre armure et enfin il a barré ce que nous lisons dedans

et écrit dans juste au-dessus, le vers prenant alors la forme que nous avons reproduite ici

8. dans le manuscrit, après ce vers, à la ligne suivante le vers ta seule gloire est barré de deux traits horizontaux

9. dans le manuscrit, ce vers est écrit dans le sens perpendiculaire à celui du reste du texte dans la marge de gauche occupant toute la longueur du poème, hors le titre ;

cela semble voulu car il reste de la place en fin de page ; en outre, ce vers paraît avoir être ajouté en dernier, car il est clair qu’il est postérieur

à la forme “définitive” du deuxième vers, la dernière syllabe du mot sangsue remontant pour ne pas chevaucher le “G” du mot Gloire ;

dans le doute, nous avons choisi ici de transcrire ce vers à la fin du poème, après un espace relativement important

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 avril 2021