Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

1 962 poèmes de 156 poètes de 30 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc 89

cette frustration

aux origines narcissiques

venue du tréfonds de l’enfance dévoyée

et qui taraude l’esprit

commande le désir

en besoin de reconnaissance

de sentir qu’il existe

qu’il est l’égal de l’autre

plutôt son supérieur

qu’il peut partager

plutôt thésauriser

qu’il est digne de recevoir et de donner.

plutôt s’accaparer1

cette enfance dévoyée

mise en échec d’épanouissement

donnée en pâture à la folie des adultes

qui se voudraient tous adulés

reconnus dans leur dignité

ne pas être humiliés devant leurs enfants

ne pas être moqués des enfants

qui voudraient eux faire la fierté de leurs parents

orgueil figé en miroir d’une lobotomie sociétale où règne la bataille des egos affûtés

où l’apparat de la richesse est mis à l’étal de la soumission

une telle mise en indignité

l’être poétique n’y tient plus

s’évanouit

et avec lui enfoui2 son sens du droit commun de s’épanouir pour le bénéfice de tous

et bla et bla et bla bla bla

tout cela ne fait pas une jolie histoire

qui permettrait à tout le monde

de s’endormir paisiblement dans la paix des justes

mais hélas

ma propre histoire

et celles de milliers d’autres

de milliards d’autres même

ne permettent pas

que l’on puisse s’endormir en paix

si vous voulez je peux commencer par l’histoire de ce petit garçon

né d’une mère violée par la bouteille

à l’entournure d’une stalle d’étable

où encore cette petite fille...

mais vous en auriez pour plus de mille et une nuits d’insomnies

à moins que vous soyez tous des pervers en manque de matières cauchemardesques3

et

chacun de rester toujours monté sur son coquelet perchoir

et tous de persister dans nos ergots

Bon

ça en fait du discours

Ah

vous voulez donc une histoire

eh bien racontons-la ensemble

cette histoire

histoire commune

histoire de tous

oui

vivons-la ensemble

sans calcul froid

au chaud de la parole échangée

sans s’échauffer

à l’ombre d’un cerisier

d’un figuier

d’un baobab

en partageant un couscous

une moussaka

un msouki

une paëlla

un pot au feu

en buvant l’eau de co-propriété

pour mieux danser dans les vapeurs de la décomplexion

où chacun oublie d’où il vient

pour mieux se mirer

dans le sourire des yeux

dans l’éclat joyeux des langues qui claquent au souffle de

salam alaykoum

shalom alekhem

la paix soit avec vous

cette histoire de la construction d’un paradis

qui nous ouvrira l’univers

indifférent aux querelles hiérarchiques

incendiaire perpétuel de la réflexion stellaire

éblouissant de curiosité

 

nota bene
la version ci-dessus est le seul état du poème que nous connaissons ;
elle figure dans un fichier Word portant la date du 28 juin 2018,
postérieure donc au décès d'Éric Meyleuc,
mais qui lui est naturellement antérieure sans qu'il soit possible de la déterminer ;
cette incertitude est due au fait qu'une manipulation informatique
a provoqué une sauvegarde du fichier dans lequel figure cette version du poème
sans cependant que le texte ait été modifié
toutefois, dans la rubrique Propriétés du fichier la date de création du fichier indiquée est celle du 9 mai 2018 ;
nous pouvons donc en conclure que cette date est celle de l'unique dactylogramme du poème,

le texte du poème n'est pas suivi d'indication temporelle

ci-après, dans les notes 1 et 3, nous indiquons deux éléments qui pourraient laisser penser

que l'auteur avait l'intention de retravailler ce texte

1.  le verbe accaparer est suivi de trois astérisques rouges

2. en toute rigueur, la forme participiale enfoui n'est pas fautive ici,

mais peut-être s'agit-il d'une faute de frappe et faudrait-il lire enfouit

3. les mots en manque de matières cauchemardesques sont en rouge

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 mai 2019