Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

1 962 poèmes de 156 poètes de 30 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc 88

capilotade d’impérities

qu’est-ce à dire

un ragoût d’inaptitudes mises en pièces

j’avise alors un croquignoletI jeu de mots qui vient à ma rencontre

et sans barguignerII je l’encorne d’un vers pudesque de mirlitonIII

j’en subsume la globalité enveloppante ainsi libérée du haut de ma nonchalance comminatoire

et par immixtionIV sociale

j’en livre les secrets aux envieux en haleine de jouvence

tout égrotantV d’une flacciditéVI dégoutante

moutonnée de nouureVII squameux à en vriller mes vibrisses.

Je baguenaude en attente de gousses pleines de vide à remplir de ma poésie libérée

qui fuse à l’infini

ramification d’andouillers vibrant de leur vitalité

galopant d’étoile en étoile

sur la toundresque via des aurores polaires

synecdoque

yeux exophtalmiques

rostre du narval

l’umami savoureux qui m’envole au firmament de la voie lactée

prodrome de la terreur

réflexion spéculaireVIII jusqu’à l’éblouissement total

hypogée de la mémoireIX mise en sépulture

parturienteX de l’oublie1

qui hypostasie à l’état de réel son apostasie sensorielle2

corolle inchoativeXI en commencement en cours de flétrissement

objurgation funeste du renoncement à la vie

d’un faux prophète qui vaticine à l’heure de l’oracle3

décours de la vie, cette sénescence lunaire.

trouver le bon étançon pour étayer mon cerveau qui fuit

le panser et le repenser sur la glèbe de la terre qui germe

turlupin turlututu

c’est de très mauvais goût quels mauvais comédiens nous faisons

la peur déguisée en orgueil

et qui feint la longanimité de ceux qui auraient la capacité de détruire la Terre

patience en trompe l’œil qui glose en se gaussant de façon oiseuse et stérile et puérile

dans une sorte de délire obsidional et obsessionnel du haut de sa tour d’olympe

refuse de se mêler à la plèbe qui en fait le siège

avec lequel elle barguigne sans vergogne l’existence

ou la valse hésitation d’un marchandage à peine voilé

d’un suborneur lénifiant qui détourne au-delà de toutes limites

au moyen d’un adoucissant en laine jusqu’à vous endormir

pour après vous happer dans le maelström tourbillonnant

du trou noir de son œil envoûtant et trompeur

qui vous lapidifie en rocher ruisselant de courants abyssalement caverneux

à la silhouette entripaillée pour ne pas dire bedonnante

procrastination et aboulie s’en suivirent

volonté brisée et tendance à s’en remettre toujours au lendemain

je ne veux pas être ce gentil melliflu tout mielleux

avec douceur oui je forlignerai

que cessent donc ces logomachies qui noient les nixes dans leur eau germanique

où se reflètent les pentacles brillant dans le pinacle céleste

ancillarisation amours ancillaires et mariages morganatiques

 

notes de l'auteur
I. croquignolet : mignon
II. barguigner : hésiter, marchander
III. mirliton : refrain populaire, court poème, instrument de musique
IV. immixtion : action de s’immiscer
V. égrotant : état maladif permanent, vieillard égrotant
VI. flaccidité : caractère de ce qui est flasque
VII. nouure : état de ce qui est noué, déformation osseuse en forme de nœud
VIII. qui réfléchit la lumière comme un miroir
IX. in Aventures de Huckleberry Finn, chap. XXI, page 1056 (édition de La Pléiade)
X. qui accouche
XI. in Lyres à sept cordes de Jacques Rabemananjara ; coll. poètes d’aujourd’hui, éditions Seghers, page 132

 

nota bene
la version ci-dessus est le dernier état du poème que nous connaissons ;
elle figure dans un fichier Word portant la date du 28 juin 2018 (V3),
postérieure donc au décès d'Éric Meyleuc,
mais qui lui est naturellement antérieure sans qu'il soit possible de la déterminer ;
nous pouvons seulement affirmer qu'elle est postérieure au 13 mai 2017, date de l'enregistrement de V2 ;
cette incertitude est due au fait qu'une manipulation informatique
a provoqué une sauvegarde du fichier dans lequel figure cette version du poème
sans cependant que le texte ait été modifié
toutefois, dans la rubrique Propriétés du fichier la date de création du fichier indiquée est celle du 7 juin 2015 ;
nous pouvons donc en conclure que cette date est celle du premier dactylogramme du poème,
une version que nous ne connaissons pas

il existe par ailleurs deux versions antérieures à V3

figurant dans des fichiers Word

du 15 avril 2016 (V1),

du 13 mai 2017 (V2)

aucune des trois versions du poème ne porte d'indication temporelle

ci-après, nous indiquons les variantes de ces versions précédentes,

mais quelques remarques préalables s'imposent

* au moment où nous publions ce poème, c'est le seul cas où le texte est assorti de notes

** dans les trois versions, les notes et les appels de note sont en chiffres arabes ;

ici, pour éviter la confusion avec nos propres notes,

nous les avons indiquées en chiffres romains

*** ces notes existent dans les trois versions mais,

dans V1, les notes VIII et X, appelées, ne sont pas rédigées,

l'appel de la note XI n'existant naturellement pas

**** sans avoir de réponse, nous nous interrogeons sur la motivation de ces notes :

si certains mots du poème, peu courants, peuvent justifier l'ajout d'explications,

d'autres, plus courants, auraient pu s'en passer ;

en revanche, quelques mots très peu usités, tels que pudesque (synonyme de “tudesque”)

ne font l'objet d'aucune précision ;

l'incipt du poème (capilotade d'impérities) pourrait expliquer le choix de l'auteur

***** dans les trois versions, la forme verbale subsume est suivie d'un astérisque,

ce qui pourrait indiquer que l'auteur envisageait d'ajouter une note sur ce verbe

****** il convient de souligner qu'aucune note n'accompagne les mots qui n'apparaissent que dans V3,

alors que la rareté de l'emploi de certains d'entre eux aurait pu le justifier ;

peut-être cela indique-t-il que l'auteur ne considérait pas que le poème était déjà achevé.

1.  dans les trois versions, on lit bien oublie, au féminin ;

compte tenu du style du poème, cela peut être voulu, mais il n'est pas totalement exclu

qu'il s'agisse d'une faute de frappe et que le mot soit oubli, au masculin

2. ici s'arrête le texte de V1

3. ici s'arrête le texte de V2

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 mai 2019