Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 070 poèmes de 164 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc 25

Désolé Jaurès*1

oui

nous sommes tous frères de2 l’humanité tant aimée

nous la couvons de toute notre pénétration3

viol permanent mis au goût du jour4

actualisant joyeusement le passé au présent

c’en est touchant non5

mais ça va pas oh6

hey arrête de nier

on ne peut pas être plus frères7

je dirais même il m’aime tu m’aimes je m’aime8

frères de sang qui dégouline de toute sa barbarie atavique

frères de cette humanité que nous nincarnons point9

bien au contraire

nous la travestissons en

gloire

argent

profit

appropriation

exploitation

domination

autorité

obéissance

humiliation

violence

guerre

destruction

extermination

fiers frères de cette effigie galvaudée10

à la puissance dix

des commandements

fiers frères satyres dune inconnue à découvrir

quils couvrent de ridicule

se donnant en spectacle

une humanité à lélégance propre aux gorets11

non

pardon12

pourquoi insulter ces pauvres bêtes

appelons un chat un chat

propre aux humains pure souche13

oui14

des humains de tradition qui15

rompus au compromis face à la mort

pendus à la mort de l’amour face à l’amour de la survie16

face à l’amour de l’immortalité

pour laver l’humiliation de leur frustration17

la honte de leur impuissance complaisante et intéressée

se vautrent allègrement dans la lâcheté de leurs insultes stigmatiques

sale pd18

sale enculé

sale putain

sale nègre

sale métèque

sale bicot

sale youpin

sale manouche

j’en passe et des meilleurs

que ceux qui ne sont pas dans la liste veuillent bien nous en excuser

braves humains pressurisés en mode mineur19

qui se pressent à l’auge de l’idolâtrie

oh nos bons maîtres fouettards

détenteurs des pouvoirs

des honneurs20

des paillettes

accrédités par irresponsabilité21

et crédités au prix de notre aliénation

mais comment se fait-il que nous soyons frères avec ceux-là mêmes

il m’aime tu m’aimes je m’aime22

qui nous regardent (mirent) toujours de haut23

que nous regardons (admirons) toujours de bas24

tiens donc25

lhumanité enfin découverte de son inconscience26

oui

et quelle conscience

qu’ils sont bien nos frères de sang27

ces potentats de droit d’eux-mêmes il m’aime tu m’aimes je m’aime28

que

tout contrits de nous-mêmes il m’aime tu m’aimes je m’aime29

nous portons en procession au lieu de les bannir

les mettre au banc30 de l’humanité

minute papillon31

il faudrait déjà qu'on lait complètement découverte

tout reste à faire

la conscience cest le point de départ

l’humanité reste à naître32

non

à inventer

non

à imaginer

c’est dire

nous ne sommes mê…                  pas capables de la rêver

l’humanité

* nous en sommes toujours au même point Jaurès

« l’humanité n’existe point encore ou elle existe à peine »

(citation tirée de l’éditorial fondateur du journal L’Humanité daté du 18 avril 1904.33

 

nota bene
la version ci-dessus est le dernier état du poème que nous connaissons ;

elle figure dans un fichier Word du 24 août 2011 à 17 h 46 (V5)

il existe cependant quatre versions antérieures figurant

dans un fichier Word du 12 octobre 2010 (V1),

dans un fichier Word du 22 novembre 2010 (V2),

dans un fichier HTML des archives de Poésie pour tous du 15 mai au 14 juin 2011 (V3),

dans un fichier Word du 24 août 2011 à 16 h 02 (V4)

à la fin des cinq versions, figure la mention temporelle 9 septembre 2010

dans les notes ci-après, nous indiquons les variantes des quatre versions précédentes

1. dans V1 et V2, le titre et a fortiori l'appel de note ne figurent pas ;

dans V3, le titre figure, mais sans l'appel de note, celui-ci et la note correspondante n'apparaissant que dans V4

2. dans V4, on lit en  au lieu de de

3. dans V1 et V2, ce vers était : nous l’incarnons avec une telle plénitude ;

dans V3 et V4, il était : nous l’incarnons de toute notre plénitude

4. dans V1 et V2, ce vers ne figure pas ; dans V3 et V4, il était : mise au goût du jour (viol permanent mis a donc remplacé mise)

5. dans V1 et V2, non ne figure pas, le vers étant c'en est touchant

6. dans V1 et V2, on lit non à la place de oh

7. dans V1, après frères, on lit (que nous le sommes actuellement)

8. dans V1 et V2, ce vers se réduit à je dirais même

9. dans V1, V2, V3 et V4, ce vers et les deux qui suivent ne figurent pas ; ils remplacent dans V5 le vers si humanité veut dire

10. dans V1, V2, V3 et V4, ce vers et les cinq qui suivent étaient :

alors oui

fiers de l’être

à la puissance dix

des commandements

nous sommes tous frères de l’humanité ;

dans V4 ce vers se lit : nous sommes tous frères en l'humanité

11. dans V1, V2, V3 et V4 ce vers se lit : que nous étalons à l’aune de l’élégance propre aux gorets

12. dans V1, V2, V3 et V4, ce vers et les deux suivants se réduisent à un seul vers : pardon pour ces pauvres bêtes

13. dans V1, ce vers se lit : comme des humains pure souche

14. dans V1, ce vers ne figure pas

15. dans V1, ce vers est divisé en deux : des humains de tradition / qui

16. dans V1, ce vers et le suivant ne figurent pas

17. dans V1, ce vers et le suivant se lisent, en seul vers : pour laver la honte de leur impuissance complaisante et intéressée

18. dans V1, dans ce vers l'adjectif est au pluriel (sales) et dans les sept vers qui suivent, les adjectifs et les substantifs

(sauf celui de l'avant-dernier vers de l'énumération, comme indiqué ci-après) sont tous au pluriel ;

en outre on lit sales feuj au lieu de sales juifs

19. dans V1, ce ver se lit : braves humains mineurisés à la seringue (sous perfusion) médiatique

20. dans V1, ce vers et le suivant n'en font qu'un : des honneurs des paillettes

21. dans V1 et V2, ce vers se lit : accrédités de notre entière responsabilité, dans V3 et V4, il se lit : par notre irresponsabilité

22. dans V1 et V2, ce vers ne figure pas

23. dans V1, ce vers se lit : qui nous regardent toujours de haut et dans V3 : qui nous mirent toujours de haut

24. dans V1, ce vers se lit : et que nous regardons toujours de bas et dans V3 : que nous regardons admirons toujours de bas

25.  dans V1, le vers commence par une capitale : Tiens donc

26. dans V1, V2, V3 et V4, ce vers se lit : l’humanité aurait-elle une conscience

27. à partir d'ici, V1 ne compte que les quatre vers qui terminent le poème dans cette première version :

qu'ils sont bien nos frères de sang ces potentats de droit d'eux-mêmes

que nous envions par-dessus tout

au lieu de les bannir d'une humanité à inventer

que nous ne sommes même pas capables de rêver

les notes qui suivent, sauf la dernière, ne concerneront donc que V2, V3 et V4

28. dans V2, ce vers et le suivant se lisent : ces potentats de droit d'eux même que

la forme actuelle ayant été introduite dans V3 et maintenue dans V4 et V5

29. dans V2, ce vers se résume à tout contrits de nous-mêmes

la forme actuelle ayant été introduite dans V3 et maintenue dans V4 et V5

30. dans toutes les versions, le texte est bien banc, dans un jeu de mots mêlant les expressions

“mettre au ban” et "rester sur le banc [de touche]"

31. dans V2, V3 et V4, ce vers et les trois suivants ne figurent pas

32.  dans V2, V3 et V4, ce vers se lit : l'humanité à naître

33. dans V1, V2 et V3 cette note ne figure pas

horizontal rule

éric meyleuc

9 septembre 2010

paru dans Poésie pour tous

du 15 mai au 14 juin 2011

in Présence d’Éric Meyleuc – Pedro Vianna

La Ruche des Arts

Les numéros spéciaux de Plein Sens n° 01

Paris, 2018

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 mai 2020