Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 169 poèmes de 170 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc 144

Îlot insolite

petite bicoque la bouche bâillante

murs blancs

tuiles brique1

ombragées d’un arbre

tronc trapu

feuillage frondé de fleurs blanches

 

attraction de l’œil distrait de sa paresse bovine

par ce détail à l’allure détonnante

et qui s’éloigne...

 

îlot insolite sous un soleil brumeux

à l’horizon cerné d’un

champ de rails entêtants

qui entraînent nonchalamment la ronde

du train-train pendulaire qui se traîne

dans la contrainte du tempo sonnant et trébuchant2

gagner sa vie jusqu’à l’obsolescence programmée

 

équation logistique du superflu

du sans valeur3

qui ne supporte aucun inconnu

virus étrangers d’aucun genre4

d’aucune révolte

éliminés d’avance

convois expéditifs de l’aiguillonnage sanitaire5

(dans un) barbelifer de triage au passage à niveau pour discordances et fausses notes6

un vrai roulement de ronde à l’hymne unique7

inique8

mais voilà le hic9

subsiste une inconnue...10

... l’avenir de cet îlot insolite...11

 

petite bicoque la bouche bâillante

murs blancs

tuiles brique12

ombragées d’un arbre

tronc trapu

feuillage frondé de fleurs blanches

sous un soleil brumeux

 

... avenir à présent13

passé (perdu ? oublié ?) dans la mémoire racinaire du « NET »14

 

nota bene
la version ci-dessus est le dernier état du poème que nous connaissons ;
elle figure dans un fichier Word portant la date du 30 juin 2017 à 12 h 53 (V8),

il existe cependant sept versions antérieures

figurant dans des fichiers Word

du 18 juin 2016 à 13 h 28 (V1),

du 18 juin 2016 à 14 h 42 (V2),

du 7 juillet 2016 (V3),

du 28 août 2016 à 15 h 53 (V4),

du 28 août 2016 à 16 h 26 (V5),

du 28 août 2016 à 16 h 59 (V6),

du 30 juin 2017 à 11 h 31 (V7),

à la fin des huit versions, figure la mention temporelle lundi 2 mai 2016

V2 a été publiée dans le n° 32 (juillet-août 2016) du bulletin numérique interne de l'association Actes de présence

Les temps d'art

précédée du commentaire

Je vous présente les échos d’un trajet effectué en train de banlieue...

un dessin que j’ai personnellement réalisé avec des pastels à l’huile et, pour l’accompagner, un poème...

Regard passé au filtre de ma subjectivité soumise aux contraintes d’une réalité objective, certes, mais irréductible à la fatalité

et du dessin mentionné par le poète, lequel on peut voir ici

on peut également voir ici l'association du texte (V2) et de l'image

telle qu'elle a paru dans n° 32 (juillet-août 2016) de Les temps d'art

V6 a été publiée dans le n° 33 (septembre-octobre 2016) du même bulletin

sans le dessin et précédée du commentaire

 Un petit chapeau pour remercier Christophe Frionnet d’avoir mis les petits chapeaux pointus sur les i

et Anne Breillat Kadri de m’avoir fait part de sa réaction suscitée par le dessin qui accompagnait le poème îlot insolite dans le dernier LTA.

Ce qui m’a fait prendre conscience du manque d’affermissement et d’affirmation de cet îlot insolite

dont actes dans une nouvelle version toute circonflexée de jolis toits brique.

Et pour approfondir le sujet, j’ai ajouté un poème plein de sa circonstance originaire ;

notons que :

A. dont actes est un jeu de mots avec l'expression "dont acte" et le nom de l'association Actes de présence

B. que la référence aux petits chapeaux pointus est due au fait que

dans le fichier envoyé par l'auteur manquaient certains accents circonflexes

que le responsable de l'édition du bulletin s'était empressé d'ajouter

C. que le deuxième poème auquel il est fait référence à la fin du commentaire est le poème coup et contrecoup que l'ont peut lire ici

dans les notes ci-après, nous indiquons les variantes des sept versions précédentes

1.  dans V1, V2, V3, V5, V6, ce vers se lit : toit brique

et, naturellement, dans le vers suivant, l'adjectif est accordée au masculin singulier : ombragé

2. dans V1, V2, V3 et V5, ce vers se lit : dans la contrainte du tempo fiduciaire

3. dans V1, V2 et V3, ce vers ne figure pas ;

en outre, dans V1, l'espacement avant le vers qui précède n'existe pas

4. dans V1, V2 et V3 ce vers n'est pas décalé à droite

5. dans V1 et V2, on lit en convois expéditifs de l'aiguillonnage sanitaire

et dans V3 en est mis entre parenthèses

6. dans V1 et V2, ce vers se réduit à triage barbeliferré ;

dans V3, il se lit : triage de voix discordantes (ferrées barbeliferré)

dans V4, V5 et V6, dans un n'est pas mis entre parenthèses

7. dans V1, V2 et V3, ce vers ne figure pas

8. dans V1, V2, V3, V5, V6 et V7, ce vers ne figure pas

9. dans V1, V2 et V3, ce vers se lit et pourtant ;

en outre, dans V2, il n'est pas précédé d'un espacement

10. dans V1, ce vers n'est pas suivi de points de suspension

11. dans V1, ce vers, qui n'est pas décalé à droite, se lit sur l'avenir de cet îlot insolite

et il n'est ni précédé ni suivi de points de suspension ;

en outre, il n'y a pas d'espacement entre ce vers et le précédent

12. dans V1, V2, V3, V5, V6, ce vers se lit : toit brique

et, naturellement, dans le vers suivant l'adjectif est accordé au masculin singulier : ombragé

13. dans V1, ce vers se lit : à présent ; dans V2 et V3, il se lit ... à présent

14. dans V1, ce vers se lit : inscrit dans la mémoire des rails informatiques

dans V2 et V3, il se lit : passé dans la mémoire des rails informatiques

dans V5, il se lit : passé (perdu ? oublié ?) dans la mémoire réticulaire du « interNET »

dans V6, il se lit  : passé (perdu ? oublié ?) dans la mémoire informe-à-tic du « NET »

horizontal rule

éric meyleuc

lundi 2 mai 2016

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 avril 2021