Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 169 poèmes de 170 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 39

les turpitudes du corps blessé1

dans la nuit du photographe

corps à trois2 jambes sur lequel

se dresse un œil objectif

qui recherche la lumière nocturne

lumière du jour3

aspiré4 par les ampoules à la faveur

de la nuit désespéré5 de ne pouvoir6 se

mirer7 dans8 son ciel étoilé

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre verte dans la moitié supérieure du verso d’une feuille au format A5, issue d’un bloc-notes

offert par un hôtel bruxellois dans lequel Pedro Vianna avait participé le 15 juin 1995 à un séminaire ;

naturellement, les deux poètes ne s’étant connus qu’en 2001, cela ne donne aucune indication sur la période d’écriture du poème,

à part le fait qu’elle est postérieure à cette dernière année ;

en haut de la page, à droite du début du poème, figure une note écrite également à l’encre verte

dans un sens perpendiculaire à celui du poème sur trois lignes tournées vers l’intérieur :

Reza, photographe reporter iranien exilé en France ;

à gauche du poème, une série de traits courbes forment une sorte de huit irrégulier

traversé par des traits courbes perpendiculaires dans sa partie inférieure

et bordé, d’un côté et de l’autre, d’un trait courbe descendant vers la gauche ;

dans la partie inférieure de la page, figurent, à l’encre noire, le mot com et quelques caractères en persan,

ainsi que le dessin stylisé d’un plateau de backgammon

par ailleurs, notons que les mots les turpitudes en début de vers sont barrés, puis soulignés, comme pour les rétablir

2. dans le manuscrit, trois est écrit 3

3. dans un premier temps, le poète avait écrit aspiration de la lumière du jour, puis il a barré les trois premiers mots

4. dans l’original, le participe aspiré est bien écrit au masculin singulier ;

cela peut être volontaire, ce qui est plausible, d’autant plus que le mot est réécrit par-dessus à l’identique ;

dans cette hypothèse, c’est donc le vieil objectif qui est aspiré ;

mais cet accord pourrait être le fruit d’une distraction, et dans ce cas, ce serait la lumière du jour qui serait aspirée

5. de même ici, dans le manuscrit, désespéré est bien écrit au masculin singulier ;

si c’est volontaire, c’est donc toujours le vieil objectif qui est désespéré ;

cela est d’autant plus plausible que le passage à la ligne entre de la et nuit

semble contraint par le manque de place sur la page à la fin du vers précédent ;

néanmoins, on ne peut pas totalement écarter l’hypothèse d’une distraction,

et dans ce cas, ce serait la nuit qui serait désespérée

6. dans le manuscrit, pouvoir est abrégé en pvr

7. mirer est une lecture conjecturale, car tout au long du poème le stylo donne

des marques de défaillance et en particulier ici ;

on pourrait lire aussi muer ou, en raison d’un trait au-dessus du mot, tuer, trouver,

voire, en raison de la présence d’un “gribouillis” un peu avant le mot et détaché de lui,

retrouver ; ce “gribouillis” pourrait être également un se répété par distraction

8. dans le manuscrit, la préposition dans est, comme souvent, abrégée en ds

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 avril 2021