Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 161

Enlève tes lunettes noires1

entoilées2 de “stars”

Arriver…

mais où

à quoi

pour faire quoi3

à quel prix

comment

le bonheur à tout prix

est-il une façon d’arriver

au bonheur

Quand on y arrive à ce bonheur

à tout prix

on en fait quoi s’il n’y a plus

personne pour le partager

le bonheur (se partage)

on n’y arrive pas

Il s’apprend mutuellement4

il se partage,5

curiosité qui avance6 joyeuse

sur les chemins

de l’avenir

ce n’est pas une7

question de chance8

il se rencontre partout9

il est là présent

il nous entoure

où ?

où là-bas ?10

(il n’y a) pas besoin de partir

Désolé je ne vois rien !11

faut arrêter de fumer la moquette !

le problème

(c’est notre) aveuglement

à ne pas vouloir le voir, le bonheur,12 caché derrière

une13 illusoire gloire sans partage

cette jouissance du droit de vie et de mort

cette vanité à se prendre pour Dieu14

alors15 qu’il n’existe pas

on le sait c’est nous qui

l’avons inventé

mais16 on préfère continuer à17 croire

que savoir18

 

le bonheur19

sortir de la croyance

cette ignorance déifiée

en immortalité20

partager le savoir21

le savoir

d’être heureux

ensemble22

cet amour curieux

fou de partage

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre bleue, du premier vers jusqu’aux mots cette vanité, tout comme

les deux derniers vers ainsi qu’un vers ajouté (cf. la note 20 ci-dessous), et au feutre fin bleu pour le reste du texte,

dans la treizième page écrite et les deux premiers tiers de la quatorzième d’un livre de notes offert au poète

lors du 27e Salon du livre de Paris, en mars 2007 (le pays à l’honneur était l’Inde), au format 13,5 cm x 19,6 cm,

relié en « toile Monceau Cachemire sur GTI », contenant 200 pages non lignées

(dont six pages de garde et de crédits, deux au début et quatre à la fin), soit 100 feuilles, de couleur blanche,

au format 12,7 cm x 18,7 cm, mais dont les deux premières feuilles ont été arrachées probablement avant de servir ;

ce livre de notes contient un grand nombre de poèmes, des réflexions diverses, des aide-mémoire, des notes personnelles,

des notes prises à partir de lectures, le tout écrit entre la fin de 2010 et probablement la fin d’octobre 2014,

la presque totalité des textes étant datés ; le dernier texte daté, qui figure dans la cent-quatre-vingt-sixième page écrite du livre,

est précédé de la mention le 20/10/2014 ;

le poème que nous transcrivons ici est précédé de la date 15 janvier [2011]

2. il semblerait que dans un premier temps le poète avait écrit étoilées, puis qu’il a transformé ce mot en entoilées

3. dans un premier temps, le poète avait écrit à quel prix / pour faire quoi, puis, au moyen d’une flèche, il a indiqué l’interversion de ces deux vers

4. ce vers est écrit dans l’interligne, mais encore au-dessus, le poète avait écrit c’est une curiosité et commencé ce vers par qui ;

néanmoins, il a ensuite barré c’est une curiosité ainsi que les deux premières lettre du relatif qui et a transformé

le “i” minuscule restant en un “i” majuscule, donnant au vers la forme que nous transcrivons ici

5. après il se partage, le poète avait écrit, à la ligne suivante, il se peut, puis il a barré ces mots et a ajouté,

d’une écriture serré, à la suite des mots barrés et dans l’interligne inférieur

une amoralité qui environnemente / dont on tombe amoureux,

des mots qu’il aussi barrés pour écrire dans la marge de gauche, de biais en montant,

sur six lignes dont deux ont été ensuite barrées (cf. la note 7, ci-après),

les quatre vers qui suivent et qu’il nous a semblé devoir être placés à cet endroit du poème

6. dans le manuscrit, les mots qui avance ont été écrits au-dessus du vers,

délimités par un coche dont la pointe est placée ente les mots curiosité et joyeuse

7. dans un premier temps, après le vers précédent, poète avait écrit sur deux lignes qui s’apprend / mutuellement,

deux vers qu’il a barrés pour continuer comme l'indique la transcription

8. dans le manuscrit, le poète avait écrit d’abord il se peut, des mots qu’il a barrés pour écrire à la ligne suivante

comme quoi ce n’est pas une / question de chance, puis il a barré les mots comme quoi

9. ce vers, qui semble avoir été ajouté à un moment donné, commence à la suite du vers précédent,

sur la même ligne, mais séparé de lui par un espace relativement grand et légèrement décalé à droite

pour se terminer, manifestement faute de place, par le mot partout écrit sous il se ;

il nous a semblé que, dans l’esprit du poète, il s’agissait d’un vers qui se plaçait à la suite du précédent ;

nous avons cependant trouvé bon de garder le décalage à droite

10. on pourrait éventuellement lire ici là-bas ?

11. dans le manuscrit, ce vers et le suivant semblent avoir été ajoutés à un moment donné et sont écrits sur deux lignes

dans l’espace libre à droite du vers suivant, mais délimités par un trait horizontal au-dessus et en-dessus ;

il nous a semblé évident qu’ils devaient se placer là où nous les avons transcrits

12. dans le manuscrit, le bonheur, est écrit dans l’interligne supérieur,

l’article le se plaçant juste au-dessus de l’espace entre voir et caché

13. le poète avait d’abord écrit le vers tel que nous le transcrivons ici, puis il avait mis l’article une entre parenthèses,

mais ensuite il a clairement barré les parenthèses

14. dans un premier temps, le poète avait écrit, à l’encre bleue, cette vanité [un ou deux mots illisibles] de Dieu,

puis il a encadré le ou les mots que nous ne parvenons pas à lire car ils sont recouverts de plusieurs traits très denses,

alors que les mots de Dieu sont barrés de traits simples, et a continué le poème au feutre fin bleu

(sauf les deux derniers vers et celui indiqué dans la note 20 ci-dessous, écrits de nouveau à l’encre bleue)

en écrivant à se prendre pour Dieu dans l’interligne inférieur et en commençant juste sous les mots encadrés barrés

15. le poète avait commencé ce vers par alors, puis il a barré ce mot, mais l’a ensuite écrit de nouveau

16. dans le manuscrit, la conjonction mais est, comme souvent, abrégée en ms

17. dans le manuscrit, les mots continuer à sont écrits dans l’interligne inférieur,

délimités par une coche dont la pointe est placée entre préfère et croire

18. dans un premier temps, le poète avait écrit à savoir, puis il a écrit que,

le e étant bien marqué et plus grand que les autres lettres de manière à recouvrir l’accent grave sur le à

19. dans un premier temps, le poète avait écrit connaître le bonheur, puis il a barré ce vers de plusieurs traits

et a écrit sur les deux lignes suivantes le bonheur c’est sortir / de la croyance,

mais ensuite il placé c’est entre parenthèses pour finalement barrer ces mots

et indiquer par une flèche que sortir devait se placer au début du vers suivant

20. dans le manuscrit, ce vers, écrit à l’encre bleue de nouveau, semble avoir été ajouté à un moment donné,

car il est écrit dans l’interligne, entre deux vers écrits au feutre fin bleu, comme indiqué dans la note 14 ci-dessus

21. dans un premier temps, le poète avait commencé ce vers par un autre mot

qu’il a cependant barré de plusieurs traits très denses qui l’ont rendu illisible

22. dans un premier temps, le poète avait écrit et non fiers [ce dernier mot résulte d'une lecture quelque peu conjecturale],

puis il a barré ce vers et écrit les deux derniers de nouveau à l’encre bleue

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022