Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 126

mourir comme le chant1

pour ressusciter à jamais

dans l’immortalité

et ne plus se soucier de cette putain

de mort

et ne plus2 la vivre tous les jours3

à travers nos rides, nos flétrissures

à chaque4 regard dans5 le miroir

bien marquées. Alors que6 le diamètre7 de notre but

s’en va en misère

s’épuise à petit feu8

jusqu’à transgresser9

pour ne plus parvenir à masquer la froideur de l’âge10

Pouvoir vivre enfin sereinement

dans la plénitude de nos11 actes

la vie offre tant d’espérances

si vite gâchées

que la perspective du combat qui s’annonce

laisse peu d’alternative

et tant d’inconnu

Il faut vraiment avoir la foi

pour chercher absolument à sauver

l’humanité

sinon pourquoi vivre

si elle ne mérite pas d’être sauvée

à quoi rime notre existence

à flotter dans les airs

à coup d’extasy

et alcool en tout genre

pour une12                  quoi13

déconnexion assurée

qui accélère14 la destruction du corps

projection15 de longues peurs16 de l’âme

à la face des bien-pensants17

qui ne supportent pas

qu’on18 dégueule

le19 désaveu cuisant de leur soi-disant pensée mal digérée20

 

nota bene

1. ce poème est écrit au feutre fin noir pour le texte de base ainsi que pour une première série de modifications

et à l’encre bleue pour une autre série de modifications, le tout au verso d’une feuille au format A4,

dont le recto imprimé ne donne aucune indication permettant de déterminer la période d’écriture du poème

2. dans un premier temps, le poète avait écrit et de, puis, à l’encre bleue, il a barré de, a commencé a écrire un autre mot,

qui pourrait être après, qu’il a aussi barré pour écrire ne plus

3. dans le manuscrit, jours est abrégé en jrs

4. dans le manuscrit, les mots à chaque sont précédés d’un mot, qui pourrait être lesquelles,

écrit de biais au feutre fin noir, puis barré aussi avec le même feutre

5. dans un premier temps, le poète avait écrit porté (lecture conjecturale ; peut-être pourrait-on lire pointé, voire partagé)

dans (abrégé en ds) le miroir, puis, au feutre fin noir, il avait barré porté ;

ensuite, à l’encre bleue, il avait écrit sur par-dessus ds pour enfin barrer sur et écrire dans,

cette fois-ci en toutes lettres, légèrement de biais dans l’interligne supérieur, entre les mots barrés porté et sur

6. dans un premier temps, le poète avait écrit sont bien marquées, puis, probablement après avoir barré lesquelles

au début du vers précédent (cf. la note 4, ci-dessus), il a mis, au feutre fin noir, la forme verbale sont entre parenthèses ;

ensuite, les mots bien marquées ont été entourés à l’encre bleue, sans être barrés ;

le poète a, aussi au feutre fin noir, ajouté un point après marquées et écrit légèrement

de biais, en montant, Alors que avant l’article le qui suit

7. dans un premier temps, poète avait écrit ce que nous lisons cercle, qu’il a ensuite barré,

toujours au feutre fin noir, pour écrire dans l’interligne supérieur ce que nous lisons diamètre

8. dans un premier temps, le poète avait écrit s’amenuise, mots qu’il a barrés ; puis il avait écrit au-dessus, toujours au feutre fin noir,

dans ce que nous pouvons appeler la marge de droite, sur deux lignes, du bas vers le haut, d’abord n’existant plus à,

des mots qu’il a aussi barrés, puis s’en va en misère ; ensuite, il a écrit encore au-dessus, cette fois-ci à l’encre bleue et entre parenthèses,

s’épuise à petit, la suite, feu, étant écrite également à l’encre bleue au début du vers suivant dans le bloc de texte principal ;

la lecture des mots barrés est en partie conjecturale

9. sans doute après avoir écrit feu, le poète a-t-il ajouté, à l’encre bleue, avant ce mot,

jusqu’à transgresser dans le même temps, puis barré les quatre derniers mots

10. dans un premier temps, le poète avait écrit pour masquer les microfissures de notre visage / notre mirage,

puis il avait barré tous ces mots, sauf pour ainsi que les trois dernières lettres du mot visage,

et écrit en dessous la froideur de l’, ajoutant un accent circonflexe sur le a de la terminaison age, le tout au feutre fin noir;

dans un deuxième temps, à l’encre bleue, le poète a mis entre parenthèses le mot pour écrit au feutre fin noir et, toujours à l’encre bleue,

il a d’abord écrit dans l’interligne inférieur pour être parvenu dans un, puis a barré les trois deniers mots, a écrit par-dessus pour être

les mots pour ne et a écrit dans l’interligne inférieur plus parvenir à, donnant ainsi au vers, la forme que nous transcrivons ici ;

la lecture des mots barrés est en partie conjecturale

11. dans un premier temps, le poète avait écrit au feutre fin noir ses, puis il a écrit par-dessus, à l’encre bleue, nos

12. dans le manuscrit, les mots pour une sont écrits au feutre fin noir dans l’interligne supérieur, le premier commençant dans la marge de gauche

13. dans le manuscrit, quoi est écrit à l’encre bleue dans l’interligne qui sépare les deux vers, dont les derniers mots sont alignés,

en raison de ce qui est indiqué dans la note précédent ;

ne sachant pas à quel vers rattacher ce quoi, probablement une exclamation interrogative,

nous avons choisi de reproduire ici la disposition du manuscrit

14. accélère est une lecture conjecturale

15. dans un premier temps, le poète avait écrit en symbiose avec, mots qu’il a barrés

pour écrire juste en dessous, toujours au feutre fin noir, projection

16. longues peurs est une lecture conjecturale

17. dans un premier temps, le poète avait écrit au feutre fin noir, en trois vers,

à la fois des croyants / qui pensent en vain / qui font des pensées,

puis il a barré, toujours au feutre fin noir, le mot croyants, ainsi que les deux vers qui suivaient,

et a écrit bien-pensants juste au-dessus du mot croyants barré;

la lecture des mots barrés est en partie conjecturale

18. dans un premier temps, les mots qu’on étaient suivis d’un mot qui pourrait être leur,

mais la lecture de ce mot, barré par de nombreux traits, est hasardeuse

19. dans un premier temps, le poète avait écrit ce qui pourrait être le mot un,

puis il a écrit par-dessus, toujours au feutre fin noir, le

20. dans un premier temps, le poète avait écrit de leur fausse pensée, puis, toujours au feutre fin noir, il a barré

le mot fausse, pour écrire juste au-dessus soi-disant et, en dessous du mot barré et de pensée, les mots mal digérée

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022