Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 124

la douleur1

une douleur

doux leurre

pour mieux s’y complaire

dans lequel on crée2

une coque

de complainte

dans un noyau3

de complainte

qui s’enfonce45 en

nous tel une lame

à laquelle on aiguise

notre lame de haine

où se crève6

qui nous crève les yeux

nous rend insensibles

à celle des autres

que l’on voudrait aussi

mortelle que la nôtre

le sang bue7 éclate

nous explose carrément et jaillit

en traîne dans le plein de8

la non-vie

qui nous obstrue les superposées

pressions mégafortes9 éclate les vaisseaux sanguins10

 

se dessiller

dessiller ses yeux

il faut savoir dire stop

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre noire sur le verso d’une feuille au format A5, issue d’un feuille de brouillon au format A4

et dont le recto indique qu’elle avait été distribuée lors d’une réunion associative à laquelle avait participé Pedro Vianna

le 15 mars 2018, ce qui indique le terminus post quem de l’écriture de ce texte ;

en transcrivant ce poème, nous n’avons pu faire abstraction du fait que le 9 juin 2018 le poète a été victime d’une l’hémorragie

cérébrale foudroyante qui l’a jeté dans un coma profond dont il n’est pas sorti avant son décès officiel le 11 juin ;

mais sans doute, la situation de la mère du poète, victime d’un AVC quelques années auparavant,

n’est-elle pas étrangère à la thématique de ce poème ;

il convient également de noter que nous avions rendu visite à la mère du poète du 27 au 29 avril 2018

dans l'EHPAD où elle vit, pour y donner une représentation de notre spectacle

Pour rester zen : des contes à méditer et à faire sourire

2. dans un premier moment, ce vers et les deux suivants figuraient avant celui qui les précède ici ;

ensuite, le poète a souligné le premier de ces trois vers, a mis tous les trois entre parenthèses et, au moyen d’une flèche,

a indiqué la place qui est la leur dans notre transcription ;

par ailleurs, le second de ces trois vers était, au départ, dans une coque, mais le poète a ensuite barré la préposition dans

3. noyau est une lecture conjecturale ; nous aurions également pu lire masque, manque, moyen, le mot ayant été retouché ;

le mot écrit à l’origine pouvait être vague ou bogue

4. nous aurions également pu lire s’enlise

5. est une lecture très conjecturale, qui suppose ici une interrogation ; tel que le mot apparaît dans le manuscrit,

on pourrait, dans l’absolu, lire “on”, mais cela ne nous semble pas avoir de sens ici ;

l’autre possibilité, serait de considérer qu’il s’agissait du mot ainsi, mais alors abrégé sous une forme

que nous n’avons jamais rencontrée dans les manuscrits du poète

6.  on aurait pu lire on se crève, mais il faudrait alors admettre ici l’existence d’une sorte d’anacoluthe

7. bue, ici troisième personne du présent de l’indicatif du verbe buer (dégager de la buée, de la vapeur), nous a semblé la seule lecture possible

8. dans le manuscrit, faute de place sur la page, à partir de ce vers, le texte est écrit dans la marge de gauche,

dans le sens perpendiculaire à celui des vers précédents, les lignes d’écriture étant tournées vers l’extérieur ;

par ailleurs, dans le manuscrit, la préposition dans est, comme souvent, abrégée en ds ;

en outre, en début de vers, on pourrait aussi lire entraîne en un seul mot

enfin, dans le plein pourrait être lu dans le pleur ou dans les pleurs

9. dans le manuscrit, mégafortes est écrit dans l’interligne inférieur, entre les mots pressions et éclate,

avec, en apparence, un espace entre méga et fortes, mais nous savons que, souvent, le poète ne liait pas toutes les syllabes d’un mot

10. dans le manuscrit, les mots vaisseaux sanguins sont quelque peu éloignés de l’article les, car entre eux se trouve un que,

barré, écrit dans le sens de l’écriture de la première partie du poème et qui ne semble se rattacher à rien

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022