Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes divers 95

il grimpait

il était pauvre

mais il grimpait

jusque là où il pourrait passer

pour pas à pas traverser le col

franchir le pas

 

arrivé là-haut

ce fut l’impasse

la passe était bloquée

par des hommes gris

aux armes grises

le cœur grisé de leur pouvoir

 

il passa alors

des mois en prison

on le repassa aux hommes gris

de son pays

où il trépassa

où il fut trépassé

pour être précis

 

il montait

il n’était pas pauvre

il n’était pas riche

et il grimpait

pas à pas pour traverser le col

qu’il savait qu’il pourrait franchir

sans outrepasser la loi

 

arrivé là-haut

pas d’impasse

un passage bien décoré

gardé par des hommes jaunes

au sourire jaune

au cœur vidé

lui permis de passer

moyennant finances

caution et engagement

de repasser avant la nuit

 

il passa alors

une sublime journée

à tout contempler

dans le pays d’à côté

où au fond

tout était comme de l’autre côté

pour être précis

 

il ne grimpait pas

il ne montait pas

il était riche

il volait

il passait partout

parfois grâce aux passe-droits

 

depuis là-haut

fi des impasses

sans colère

il contemplait des formes

grises jaunes vertes multicolores

ces gens qu’il ne comprenait pas

mais la montagne était superbe

 

et souvent

il passait et repassait

toujours pressé

toujours plus riche

toujours lointain

plus tard bien plus tard

il trépassa comme tout un chacun

sans jamais regretter

quoi que ce soit

 

la montagne

ignorait tout ça

mais des hommes et des femmes

ne pouvaient pas l’oublier

 

horizontal rule

pedro vianna

Paris, 2.VII.2020

in Persistances

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                Poème précédent
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022