Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 070 poèmes de 164 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes du mois 09

La nuit sera tombée sans que la température ne baisse, et je suis surpris par la proximité́ de la lune. Il y a peu de bruit dans l’espace environnant. Ton corps est allongé contre le mien, et ta respiration paisible, fluide, bien que plus courte que la mienne. Mes muscles se détendent brusquement sous l’effet de la chaleur de ton ventre, et je glisse dans un sommeil rêveur où la vie rebâtit ses fondations comme un architecte de l’impossible forme.

 

Je vomis souvent en moi-même. Une sensation étrange de se remplir d’inepties, de dragons et de glaires. Tapie au fond de moi, l’envie de vider mon sang dans l’urinoir de Duchamp. Une ardeur incongrue, cela va sans dire. Car qui peut résister à la dissolution des viscères ?

 

Ton corps est chaud, et je le caresse dans le sens de la longueur. Ma main se fait tissu, pour t’habiller d’or et de velours. Chaque geste est un discours, et tu réponds à mon attente à travers un sourire que les anges ignorent peut-être.

 

Je n’aime pas l’ardeur rompue, le travail inadéquat, le temps gaspillé à rechercher un paradis de pacotille. Pourtant, le jour se lève étonné mais se couche désappointé. Il me questionne quotidiennement sans trouver de réponse sincère ou argumentée. Il me taraude jusque dans mes retranchements de défaite sacrée, là même où je croyais être seul. Mais la pression de l’esprit nous culpabilise au-delà̀ de toute espérance.

 

horizontal rule

christophe frionnet

in La ligne et la courbe

2012

extrait inédit

© Christophe Frionnet

horizontal rule

si vous voulez mieux connaître le travail artistique de l'auteur
 vous pouvez visiter son site
http://www.christophefrionnet.fr

Retour en haut de la page                                                                                                                                                Poème précédent Poème suivant

Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 mai 2020