Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

1 899 poèmes de 155 poètes de 30 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes graphiques Poèmes et images Poèmes et sculptures Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc 52

comment survivre

lorsque l’on est mal fichu

c’est fichu

mettre ce fichu fichu à la poubelle

sacré rituel d’une société canonique

tuerie toujours relative

qui vous jette

en sacrifice à l’humanité apeurée

en détestation de l’autre soi

un rebut

un vulgaire déchet1

froidement

fusillé du regard2

martyr ou bouffon sous les feux carnassiers de la trompe rampante du mensonge

cette société de surface aveuglante

comment s’en dépêtrer

comment se raisonner

au tréfonds des profondeurs de la réflexion

étouffée qu’elle se hait

dans le vide intersidéré et formaté des coffres-forts à paillettes

qui thésaurisent les ressentiments

de ne pas être

entre autres

l’aimé idéal de l’idéal fantasmé

une nuit

un esprit en désir empathique

voulut percer à jour

la couche de mascarade

et chercha la parade

aux ressorts oppressants de la fossoyeuse* étoffe

qui fatalement

perdent de leur tenue

faire le beau autrement

enjouer les mots partageurs

tourner en dérision

l’angoisse de l’affaissement de surface

au moins

ne tombe pas

en émoi pétrifié par ton reflet qui

indéfroissablement

se plisse

ne te noie pas

dans le sentiment d’avoir réduit ta vie en un rébus indéchiffrable

griffée dans le miroir muet

un point d’interrogation toujours sans réponse

quelle fatigue

 

* autre orthographe possible : faux-soyeuse

 

nota bene
la version ci-dessus est le dernier état du poème que nous connaissons ;

elle est celle parue dans Poésie pour tous (V4)

il existe cependant trois versions précédentes figurant dans des fichiers Word

du 3 octobre 2017 (V1)

du 9 mars 2018 (V2)

du 11 mars 2018 (V3)

ci-après, nous indiquons les variantes de V3

1.  dans V3, ce vers se lit : vulgaire déchet

2.  dans V3, ce vers se lit : brûlé du regard

les versions V1 et V2 étant assez différentes, nous les donnons ci-après

V1

comment faire

lorsque l’on est mal fichu

c’est fichu

mettre ce fichu fichu à la poubelle

fichu maltraitance d’une société canonique

qui vous déteste

tel un rebut

un vulgaire déchet

injustement

fusillé du regard

martyr ou bouffon des feux de la rampe

et pourtant

il faut bien s’en dépêtrer

de cette société de surface

se raisonner

dans les profondeurs de la réflexion

étouffée qu’elle se trouve

dans la nuit des coffres-forts à paillettes

qui renferment des trésors de ressentiments

une intelligence en émoi

qui veut percer à jour

cet amas de mascarade

cherche la parade

aux ressorts de l’étoffe

qui fatalement

perdront leur élasticité

faire le beau autrement

tourner en dérision

l’angoisse de l’affaissement de surface

au moins

on ne tombe pas

pétrifié sur un miroir

qui se flétrit

inexorablement

en attendant d’avoir 50 ans

et d’avoir le sentiment

d’être passé à côté de sa vie

griffée dans le miroir

V2

comment faire

lorsque l’on est mal fichu

c’est fichu

mettre ce fichu fichu à la poubelle

sacré rituel d’une société canonique

en sacrifice à l’humanité apeurée

en détestation de l’autre soi

tuerie toujours relative

vous jette

tel un rebut

un vulgaire déchet

froidement

fusillé du regard

martyr ou bouffon sous les feux carnassiers de la trompe rampante du mensonge

cette société de surface étincelante

comment s’en dépêtrer

comment se raisonner

au tréfonds des profondeurs de la réflexion

étouffée qu’elle se hait

dans le vide intersidéré des coffres-forts à paillettes

qui trésorisent les ressentiments

un esprit en désir empathique

voulu percer à jour

la couche de mascarade

et chercha la parade

aux ressorts de la faussoyeuse étoffe

qui fatalement

perdent de leur tenue

faire le beau autrement

tourner en dérision

l’angoisse de l’affaissement de surface

au moins

ne tombe pas en émoi pétrifié par ton reflet qui

inexorablement

se plisse

et avec le sentiment

d’être passé à côté de ta vie

griffée dans le miroir de l’imaginaire zéro fatidique

quelle fatigue

horizontal rule

éric meyleuc

30 septembre 2017

paru dans Poésie pour tous

du 15 mars au 14 avril 2018

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes graphiques ] Poèmes et images ] Poèmes et sculptures ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 octobre 2018