Pedro Vianna propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

1 773 poèmes de 146 poètes de 28 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes graphiques Poèmes et images Poèmes et sculptures Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes en vidéo Des sites à visiter Vianna et son œuvre Contact Les nouveautés

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes du mois 04 - version en français

Sonnet

à Madame Claudia Cordeiro, un souvenir*...

(à partir dune aquarelle pour Carlos Pena Filho)

Pourquoi peignis-je en bleu notre route ?

Pour n’avoir pas porté un ciel sur mes souliers.

Alors, je tentai, avec des gestes insensés,

d’enlever, du bleu, le Bleu du petit jour.

 

Pour réclamer alors le bleu absent,

qui se répandit sur tes espadrilles,

je te volai le bleu des choses agréables,

qui, dans ton regard, naquit si simplement.

 

Mais, vêtus de bleu, nous ne nous souvenons même pas

qu’il y a autant de bleus que de bleus qui se pétrissent**,

tels la Mer et le Ciel, dans le bleu, nous nous reflétons…

 

Et, égarés dans le bleu, nous nous contemplons,

car du bleu naissent toujours les choses,

puisque, quand se meurt le bleu, nous revenons**.

 

* en français dans le texte

** comme en portugais la forme verbale amassem correspond à la troisième personne du pluriel

tant du présent du subjonctif (ou de l'indicatif) du verbe amassar

(“pétrir”, qui, au Brésil, a aussi la connotation érotique de “pratiquer des attouchements”)

que du présent du subjonctif du verbe amar (“aimer”),

ce vers peut être également compris comme voulant dire

qu'il y a tant de bleus que de bleus qui s'aiment ;

notons par ailleurs qu'en portugais mot azul (bleu)

ne peut en aucun cas avoir le sens de “contusion”

*** nous aurions également pu traduire ce vers par

puisque, au mourir du bleu, nous revenons

comme l’on disait couramment en moyen français

horizontal rule

silvério duque

inédit

© Silvério Duque

et Pedro Vianna pour la

traduction en français

horizontal rule

pour mieux connaître le travail de l'auteur vous pouvez consulter son blog

http://poetasilverioduque.blogspot.fr/

Retour en haut de la page                                          Original en portugais                                              Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes graphiques ] Poèmes et images ] Poèmes et sculptures ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Vianna et son œuvre ] Contact ] Les nouveautés ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 août 2017