Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 169 poèmes de 170 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc 126

monstre à deux têtes

excroissance du calcul froid du sang à verser

ce faux semblant républicain

appelant le glaive (sanguinolent de l’héroïque injustice)1

à trancher dans le vif du prétexte hors contexte

d’un hymne guerrier orphelin de sa guerre2

qui souffre tous les boucs-émissaires3

allons enfants

qui sont les vrais tyrans d’aujourd’hui

il faut trahir le mythe qui ne sait pas lire l’avenir4

encore moins le présent à venir

où se trouve aujourd’hui la patrie de la liberté

pas dans ce corps informe de la république

bouffi de son indivisible impératif économique au profit du plus fort

d’où (en)5 éruptent6 des furoncles volcaniques

démesurément nourris d’injustice et d’inégalité

qui s’enflent en monstre bicéphale7

crachant la bile sulfureuse de ce corps malade d’indigestion8 schizophrénique

de valeurs mises9 en bourse10

sonnant le glas de la vie trébuchante (de l’humain)

Fasciste contre théocrate11

monstre à deux têtes

dégueulant leur haine de feu purificateur

même combat entre 12race et dieu se disputent le trophée de la pureté

qui sera l’élu

de ce tête à tête

alliés circonstanciels

pour la mise aux sillons du sang impur des consciences déclarées en décadence

Instrument à deux têtes

Dont jouent les faussaires en démocratie

ces don juan aux faux airs de violence extra-ordinairement ordonnée

d’une société qui ne maîtrise plus aucun ordre

 

nos démocraties

faux semblants

machines à fabriquer de la violence

dans et hors de leurs frontières

ces démocraties qui n’ont pas su abolir les frontières de la domination

 

loi

une et indivisible

oui

mais du droit à la vie dans toute sa plénitude créatrice

pour tous les êtres humains

sans exception

sans domination

et seulement

si tous les êtres humains présents et à venir

sans exception

sans domination

génèrent cette loi

ses valeurs

et ses décrets d’application

 

nota bene
la version ci-dessus est le dernier état du poème que nous connaissons ;
elle figure dans un fichier Word portant la date du 1er janvier 2017 (V4),

il existe cependant trois versions antérieures

figurant dans des fichiers Word

du 15 mars 2015 (V1),

du 6 février 2016 (V2),

du 18 décembre 2016 (V3)

à la fin des quatre versions, figure la mention temporelle 7 mars 2015

dans les notes ci-après, nous indiquons les variantes des trois versions précédentes

1.  dans V1, ce vers se lit appelant le glaive sanguinolent de l'injustice

2. dans V1, ce vers se lit d'un hymne qui a perdu le sens de ses principes

3. dans V1, ce vers ne figure pas

4. dans V1, V2 et V3, ce vers et le suivant n'en font qu'un

5. dans V1, d'où ne figure pas et en n'est pas entre parenthèses, ce vers se lisant donc en éruptent des furoncles volcaniques

6. le verbe érupter, dans le sens d'entrer en éruption,

que le poète, géographe de formation, pensait peut-être avoir créé, se trouve déjà au moins dans

Les Lumières du ciel (Olivier Maulin, 2011) et dans L’Almanach des vertiges (Jean-Daniel Baltassat, 2013)

(recherche faite par internet le 18 mai 2019)

7. dans V1, ce vers se lit qui s'enflent en monstre à deux têtes

8. dans V1, on lit d'une indigestion schizophrénique

9. dans V1, on lit de valeurs mis en bourse ; de la sorte, c'est le corps malade d'indigestion schizophrénique de valeurs qui est mis en bourse

10. dans V1, ce vers et le suivant se lisent

de valeurs semble-t-il faites pour le marbre

 et monétarisées en faux sanglante sonnant le glas de la vie (de l'humain)

11. à partir d'ici, les trois versions précédentes divergent suffisamment

pour que nous les indiquions in extenso

dans V1, on lit

Monstre à deux têtes / fascismes contre fascismes / liberticides contre liberticides / dégueulant leur haine de feu purificateur / au nom de dieu pour les uns / au nom de la race pour les autres / prétextes asexués déjà syncrétisés il est vrai dans un méli-mélo de langues crochues / mais aussi alliés circonstanciels / l'intérêt commun de la mise sous camisole des consciences en décadences / Monstre à deux têtes / instruments incontrôlables / vraiment ? / de la violence organisée par les faussaires en démocratie / la loi ne peut être une et indivisible / qu'à la seule condition / qu'elle soit le résultat de la reconnaissance du droit à la vie dans toute sa plénitude créatrice / pour tous les êtres humains / sans exception / et seulement / si tous les êtres humains / présents et à venir / sans exception / génèrent cette loi / ses valeurs / et ses décrets d'application / nos démocraties / faux semblants / machines à fabriquer de la violence

notons que les trois derniers vers son placés après la date et la signature

et aussi que le vers vraiment ? est centré et que le vers la loi ne peut être une et indivisible est décalé à droite

dans V2, on lit

Monstre à deux têtes / fascisme contre théocratie / dégueulant leur haine de feu purificateur / race et dieu même combat de la pureté / qui sera l'élu / de ce tête à tête / alliés circonstanciels / pour la mise aux sillons du sang impur des consciences déclarées en décadence / Instrument à deux têtes / Dont jouent les faussaires en démocratie / des faux airs de violence extra-ordinairement ordonnée / d'une société qui ne maîtrise plus aucun ordre / loi / une et indivisible / à la seule condition / qu'elle soit l'empreinte de la reconnaissance du droit à la vie dans toute sa plénitude créatrice / pour tous les êtres humains / sans exception / et seulement / si tous les êtres humains / présents et à venir / sans exception / génèrent cette loi / ses valeurs / et ses décrets d'application / nos démocraties / faux semblants / machines à fabriquer de la violence

notons que les trois derniers vers son placés après la date et la signature

et aussi que le vers loi est décalé à droite

dans V3, on lit

Fasciste contre théocrate / monstre à deux têtes / dégueulant leur haine de feu purificateur / même combat entre race et dieu se disputent le trophée de la pureté /qui sera l’élu  de ce tête à tête / alliés circonstanciels / pour la mise aux sillons du sang impur des consciences déclarées en décadence / Instrument à deux têtes / Dont jouent les faussaires en démocratie / ces don juan aux faux airs de violence extra-ordinairement ordonnée d’une société qui ne maîtrise plus aucun ordre // nos démocraties / faux semblants / machines à fabriquer de la violence / dans et hors de leurs frontières / ces démocraties qui n’ont pas su abolir les frontières de la domination // loi une et indivisible / oui / à la seule condition / qu'elle soit l'empreinte de la reconnaissance / mais du droit à la vie dans toute sa plénitude créatrice / pour tous les êtres humains / sans exception / et seulement / si tous les êtres humains présents et à venir / sans exception / génèrent cette loi / ses valeurs / et ses décrets d’application

12. nous avons conservé ici tels quels les mots barrés dans V4 de même que dans V3 ;

cela indique peut-être que l'auteur avait l'intention de continuer à retravailler le poème

horizontal rule

éric meyleuc

7 mars 2015

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 avril 2021