Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 223

retour en Bretagne1

par le souvenir photographié

soleil couchant2

une3 mer de (lumière) funérale4 aux taches endeuillées5

se déverse sur une mer de ciel

du lit6

qui sécrète7 l’excitante8 écume9 laiteuse

sans pouvoir l’atteindre

ne serait-ce que le pont10 gothique11

venté de pollen12

accouplement stérile malgré le vent13

qu’en naît-il ?14

un petit voilier

en vue d’un poème

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre noire dans les trois premiers quarts de la quatre-vingt-quatrième page écrite d’un livre de notes

offert au poète lors du 27e Salon du livre de Paris, en mars 2007 (le pays à l’honneur était l’Inde), au format 13,5 cm x 19,6 cm,

relié en « toile Monceau Cachemire sur GTI », contenant 200 pages non lignées

(dont six pages de garde et de crédits, deux au début et quatre à la fin), soit 100 feuilles, de couleur blanche,

au format 12,7 cm x 18,7 cm, mais dont les deux premières feuilles ont été arrachées probablement avant de servir ;

ce livre de notes contient un grand nombre de poèmes, des réflexions diverses, des aide-mémoire, des notes personnelles,

des notes prises à partir de lectures, le tout écrit entre la fin de 2010 et probablement la fin d’octobre 2014,

la presque totalité des textes étant datés ; le dernier texte daté, qui figure dans la cent-quatre-vingt-sixième page écrite du livre,

est précédé de la mention le 20/10/2014 ;

le poème que nous transcrivons ici est précédé de la date le 27 novembre 2011 ;

il est probable que ce poème fait référence à une photo ou à une série de photos prises par le poète

lors d’un séjour que nous avons fait en Bretagne, durant lequel nous avons logé du 13 au 18 mai 2011

dans un hôtel sis à la baie des Trépassés, entre la pointe du Raz et la pointe du Van ;

la dernière photo de la série est celle-ci ;

le dernier quart de la page est resté vierge, à part quelques traits verticaux ondulants qui en occupent une partie,

à la suite de quelques formes courbes qui bordent à gauche les deux derniers tiers du poème et qui sont prolongées,

en leur milieu, par une forme horizontale représentant une sorte de feuille stylisée qui occupe le premier tiers

de l’interligne qui sépare les neuvième et dixième vers de notre transcription ;

cette dernière forme pourrait faire penser à une arbalète stylisée ;

l’un des traits horizontaux de cette forme barre le mot sur auquel fait référence

la note 12 ci-dessous, écrit dans l’interligne en question

2. la place de ce vers est en partie conjecturale, car, dans le manuscrit, il est écrit dans l’interligne séparant le vers précédent du vers suivant,

au-dessus du mot lumière mis entre parenthèses, mais sans être barré, sans aucune indication

permettant de penser que ces mots doivent remplacer le seul mot lumière (voir également les notes 3 et 5 ci-dessous)

3. une est écrit dans la marge de gauche, juste avant mer ; il serait peut-être possible de lire d’une,

mais alors il faudrait considérer que les mots soleil couchant devaient remplacer le mot lumière

mis entre parenthèses mais sans être barré (cf. la note précédente)

4. funérale est une lecture en partie conjecturale ; il serait peut-être possible de lire fluviale ;

quoi qu’il en soit, le mot est écrit dans l’interligne inférieur, juste en dessous d’un mot barré que l’on pourrait lire jaune ou jaunie

5. dans le manuscrit, les mots aux taches endeuillées sont écrits décalés à droite sur deux lignes,

la première se plaçant à la hauteur du mince interligne qui sépare soleil couchant de une mer de (lumière)

et la deuxième juste en dessous de la première, mais un peu plus haut que le mot funérale (cf. la note précédente) ;

la place où nous les transcrivons ces mots est donc quelque peu conjecturale, car il aurait été possible de lire

soleil couchant aux tâches endeuillées ; en outre, endeuillées est une lecture en partie conjecturale

6. dans le manuscrit, du lit est écrit avec le décalage à droite que nous reproduisons ici,

mais dans l’interligne qui sépare le vers précédent d’un vers barré : de nuages écumeux ;

comme la pointe du jambage supérieur du “d” de du se trouve entre les mots déverse et sur,

on aurait pu lire se déverse du lit sur une mer de ciel ;

néanmoins, faute d’indication plus précise de la part du poète,

qui en général signale par une flèche ou par une coche l’emplacement des mots intercalés,

nous avons considéré que les mots du lit remplaçaient le vers barré

7. secrète est une lecture conjecturale ; il serait peut-être possible de lire suinte ;

peut-être pourrait-on aussi lire surmonte, mais alors il faudrait ignorer

le signe diacritique au-dessus de l’avant dernière syllabe du mot ;

quoi qu’il en soit, il semblerait que le poète avait écrit le verbe au futur,

pour ensuite barrer les deux dernières lettres, le mettant ainsi au présent

8. l’excitante est une lecture conjecturale ; on pourrait peut-être lire excellente,

même s’il paraît clair qu’il aurait alors étonnamment manqué un “l” ;

par ailleurs, on pourrait aussi lire d’excitante ou d’excellente, mais alors il serait logique de s’attendre

à des pluriels tant pour les adjectifs que pour le substantif (cf. la note suivante) ;

quoi qu’il en soit, ces deux mots sont écrits dans l’interligne inférieur, juste en dessous de la forme verbale

et, comme cette dernière, séparés de la suite du vers par une barre inclinée

9. dans un premier temps le poète avait écrit son écume, puis il a barré son et a ajouté un l’ devant écume,

mais ensuite il a également barré le l’ et a écrit de nouveau son dans l’interligne inférieur, en dessous du même mot barré précédemment,

pour enfin de nouveau le barrer et alors, nous semble-t-il, ajouter l’adjectif signalé dans la note précédente

10. pont est une lecture conjecturale ; on pourrait également lire port ou point ;

le fait de ne pas avoir réussi à comprendre réellement le mot qui suit (cf. la note suivante)

contribue fortement à cette incertitude ;

notons par ailleurs que, dans un premier temps, le poète avait écrit ne serait-ce que l’eau

puis il a barré les mots l’eau et a écrit la suite

11. gothique est une lecture fort hasardeuse, le mot étant extrêmement difficile à déchiffrer

12. dans un premier temps, le poète avait écrit sur, puis il a barré ce mot (cf. la note 1 ci-dessus in fine)

et a écrit dans la ligne suivante qui attend son pollen, mais ensuite il a barré qui attend pour écrire en dessous sur,

mais enfin il a barré ce deuxième sur ainsi que le possessif son et a écrit dans l’interligne supérieur venté de,

en réécrivant venté par-dessus à l’identique

13. dans le manuscrit, vent a été écrit dans la ligne suivante, manifestement faute de place à la fin du vers

14. il semblerait que, dans un premier temps, le poète avait écrit qu’en naît-il ? / un poème,

puis qu'il a barré un poème et, avec le décalage à droite que nous reproduisons ici,

qu'il a écrit dans l’interligne supérieur un petit voilier et dans la ligne suivante,

avec le même décalage à droite, en vue d’un poème, le mot vue ayant été réécrit par-dessus à l’identique

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022