Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 179

Voilà que le brouillard1

ou la brume

suivant les différentes opinions

qui sévissent

et malgré la logique officielle

s’engouffre par tous les combles2

voilà que3 la4 nebbia

(l’opacité blanche)5

(coupe à travers tout)

coule au long6

du labyrinthe amphibie7

univers glacé (de toute sa blancheur)

(formant une) nébuleuse labyrinthique

ainsi formée8

la seule échappatoire (celle)9

à cette

(nébuleuse)

opacité blanche

(de) la spéculation

(de) l’imagination

nocturnes10

la féerie des lucioles

qui font tinter

les cloches

opacité banche11

sur opacité noire

 

nota bene

1. ce poème est écrit à l’encre bleue et à l’encre noire (pour les ajouts signalés dans les notes ci-dessous)

dans les trois premiers cinquièmes de la trente-et-unième page écrite d’un livre de notes offert au poète

lors du 27e Salon du livre de Paris, en mars 2007 (le pays à l’honneur était l’Inde), au format 13,5 cm x 19,6 cm,

relié en « toile Monceau Cachemire sur GTI », contenant 200 pages non lignées

(dont six pages de garde et de crédits, deux au début et quatre à la fin), soit 100 feuilles, de couleur blanche,

au format 12,7 cm x 18,7 cm, mais dont les deux premières feuilles ont été arrachées probablement avant de servir ;

ce livre de notes contient un grand nombre de poèmes, des réflexions diverses, des aide-mémoire, des notes personnelles,

des notes prises à partir de lectures, le tout écrit entre la fin de 2010 et probablement la fin d’octobre 2014,

la presque totalité des textes étant datés ; le dernier texte daté, qui figure dans la cent-quatre-vingt-sixième page écrite du livre,

est précédé de la mention le 20/10/2014 ;

le poème que nous transcrivons ici est précédé de la date (8) 9 février ? [2011] écrite au feutre fin noir ;

nous pensons que ce poème a été écrit dans la nuit du 8 au 9 février après que, sortant de la Ca d’Oro, vers les 19 heures le mardi 8,

nous eûmes fait une promenade nocturne dans une Venise totalement déserte couverte par un brouillard extrêmement dense ;

les modifications à l’encre noire ont peut-être été faites dans la journée du 9 février, voire plus tard ;

quoi qu'il en soit, le poème transcrit ici est suivi d’un tercet, écrit dans le quatrième cinquième de la même page

et numéroté 30 dans la section Les autres poèmes d’Éric Meyleuc de Poésie pour tous,

lequel est précédé de la date 9 février [2011] écrite à l’encre bleue

2. la place de ce vers est conjecturale, car il s’agit d’un ajout écrit à l’encre noire, tout en haut de la page,

complètement à droite, sur la même ligne que la date, mais sans aucune indication de son emplacement ;

il nous a semblé que la seule place où il pouvait être inséré était celle-ci ;

par ailleurs, combles est une lecture conjecturale, car il semblerait que, dans un premier temps, le poète avait écrit s’engouffre partout

(avec un faible espace entre par et tout, le poète ne liant pas forcément toutes les syllabes d’un mot)

suivi d’un substantif masculin singulier, mais ensuite il a écrit un “s” par-dessus le “t” de tout,

a ajouté un “s” à l’article le et a écrit un substantif masculin pluriel par-dessus le mot écrit initialement ;

il serait aussi possible de lire calles, mais, d’une part, il ne semble pas que le poète ait ajouté un “e” à tout

et, d’autre part, le pluriel de calle, un nom féminin en vénitien, est calli

3. dans le manuscrit, les mots voilà que sont écrits à l’encre noire dans la marge de gauche, sur deux lignes très espacées,

mais cet espacement peut s’expliquer par l’existence d’un autre ajout à l’encre noire (cf. la note 5, ci-dessous) qui aurait été fait avant ;

il nous a semblé que le relatif que ne pouvait être placé tout seul quelque part dans le poème et qu’il était donc relié au voilà,

faisant écho au premier vers qui commence aussi par voilà que ;

il nous a également paru que voilà étant écrit à la même hauteur que la nebbia

et que l’article la a aussi été ajouté à l’encore noire (cf. la note 4 ci-après),

ce voilà que ne pouvait se placer qu’ici

4. dans le manuscrit, l’article la a été ajouté à l’encre noire devant nebbia légèrement décalé à gauche par rapport à l’alignement des autres vers ;

nous pensons qu’il a été ajouté avant les mots voila que, mentionnés dans la note 3 ci-avant

5. dans le manuscrit, ce vers a été ajouté à l’encre noire dans l’interligne ; il est manifestement mis entre parenthèses,

mais nous ne parvenons pas à déterminer s’il a été ensuite barré ou s’il s’agit d’un trait qui, avec d’autres,

barrerait les mots indiquées dans la note 7 ci-dessous ;

dans le doute, nous avons préféré le conserver ;

nous pensons que si ce vers a été barré, cela a été fait en lien avec l’ajout des deux vers indiqués dans la note 11 ci-dessous

6. dans le manuscrit, ce vers est écrit à l’encre noire dans l’interligne, au-dessus du précédent, mis entre parenthèses mais sans être barré ;

ayant décidé de conserver les deux vers dans notre transcription, nous avons considéré que l’ordre proposé ici était le plus adéquat

7. dans un premier temps, le poète avait écrit à l’encre bleue

s’est installée dans le labyrinthe / verglacé [lecture conjecturale] de toute sa blancheur,

puis, encore à l’encre bleue, il avait barré les mots s’est installé dans, mais ensuite, cette fois-ci à l’encre noire,

il a transformé l’article le en du, a ajouté l’adjectif amphibie et, dans le vers suivant, a écrit à l’encre noire,

d’une écriture quelque peu serrée, par-dessus le début du mot que nous avons lu verglacé et commençant avec un décalage à gauche,

le mot que nous lisons univers, mais qui pourrait éventuellement se lire invisible

8. dans le manuscrit, les mots ainsi formée sont écrits à l’encre noire dans l’interligne, ce qui pourrait représenter

une solution de rechange à formant une, des mots mis entre parenthèses dans le vers précédent, mais qui n’ont pas été barrés ;

toutefois, comme souvent le poète joue des parenthèses pour suggérer deux formes de lecture possibles (cf. à ce propos la note 9 ci-après),

nous avons préféré transcrire ici les deux vers

9. comme nous avons fait remarquer dans la note précédente, le poète joue souvent des parenthèses pour proposer des lectures alternatives ;

nous pensons que c’est le cas dans ce vers et les cinq suivants ; en effet, nous pouvons lire

soit la seule échappatoire celle / de la spéculation / de l’imagination,

soit la seule échappatoire / à cette / (nébuleuse) / opacité blanche ;

il en est de même d’ailleurs en ce qui concerne nébuleuse et opacité blanche ;

notre supposition est due, entre autres, au fait que toutes ces parenthèses ont été mises à l’encre bleue

10. dans le manuscrit, l’adjectif nocturnes est écrit à l’encre noire, décalé à droite

à peu près à la hauteur de l’interligne séparant le vers qui le précède du vers qui le suit,

de telle façon que nous aurions pu lire la féerie des lucioles nocturnes,

ce qui serait, pensons-nous quelque peu pléonastique, d’où notre choix de transcription

11. dans le manuscrit, ce vers et le suivant sont écrits à l’encre noire, à droite de la date 9 février qui précède

le tercet numéroté 30 dans la section Les autres poèmes d’Éric Meyleuc de Poésie pour tous,

écrite, elle, à l’encre bleue, comme nous l’avons signalé dans la note 1 ci-dessus

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022