Pedro Vianna, avec Éric Meyleuc absent-présent, propose

poésie pour tous

 

La rubrique Poèmes du mois de ce site créé le 14 avril 2001 a déjà publié

2 322 poèmes de 172 poètes de 31 origines nationales, sans compter ceux de P. Vianna

Et la fête continue !                                                                   Bonne navigation !

Bienvenue Sommaire de la section Sommaire général Les nouveautés Agenda Poèmes du mois É. Meyleuc et son œuvre P. Vianna et son œuvre Poèmes divers Poèmes très courts Acrostiches Poèmes et images Poèmes graphiques Poèmes dits Poèmes en musique Poèmes et sculptures Poèmes en vidéo Des sites à visiter Contact

pour accéder directement à l'ensemble des recueils de P. Vianna (texte intégral au format ".pdf") cliquez sur

RECUEILS (PDF) ET RÉFÉRENCES DE PUBLICATIONS DE P. VIANNA ET DE É. MEYLEUC

et pour connaître ses prochaines activités artistiques cliquez sur

 AGENDA

poèmes d'éric meyleuc manuscrits 121

Espace vide1

rempli au non-sens

donner sa vie à la mort

guerre des sens

qui n’en crée aucun

sinon la foi en ce qui

n’existe pas

un utopique au-delà

le bien nommé2

se ramasse à l’appel du3

désespoir en délivrance

suicide collectif dans la béatitude

à venir

Il ne peut en être autrement

telle est la devise

d’une telle absurdité autodestructrice des sciences4

Face

à l’inacceptable échéance

l’irréel dilemme consiste donc à savoir comment calmer5

l’angoisse existentielle6

Il n’y a que

l’embarras du choix extatique7

semble-t-il8

pour nouvelles extases9

des âmes en service10

d’attente pour surseoir11

à la fatalité suspensible12

et irrévocable

 

nota bene

1. ce poème est écrit au feutre rouge fin et,  pour quelques modifications, au stylo bille rouge dans une page imprimée d’agenda numérique,

relative à la semaine du 2 au 11 janvier 2004, elle-même imprimée au verso d’une feuille de brouillon

que certains indices permettent de dater, avec une très grande certitude, de 2002 ;

nous pouvons donc raisonnablement penser que le terminus post quem de l’écriture de ce poème se situe vers la fin de 2003 ou le début de 2004 ;

une grande partie des espaces libres de la page sont emplis de petits dessins — abstraits, géométriques ou allusifs — aux traits irréguliers

2. dans un premier temps, ce vers était qui s’appelle le mal nommé, puis, probablement immédiatement, car la modification a été faite au feutre rouge fin,

le poète a barré mal et écrit bien dans l’interligne supérieur, juste au-dessus de nommé ;

ensuite, il a mis entre parenthèses qui s’appelle, puis barré ces trois mots, le vers devenant donc le bien nommé

3. vraisemblablement après la modification indiquée dans la note 2 ci-dessus, le poète a ajouté, à la suite du vers précédent,

mais séparé de lui par un crochet ouvrant, le vers se ramasse à l’appel du nom donné

— la lecture de ces deux derniers mots étant conjecturale, car ils sont couverts de plusieurs traits horizontaux —

et, après avoir barré ces mêmes deux derniers mots, il a mis se ramasse à l’appel entre parenthèses,

souligné tous ces mots et, au moyen d’une flèche, indiqué la place de ce nouveau vers ;

notons que du n’est pas compris dans les mots mis entre parenthèses, mais n’est pas non plus barré ;

nous avons préféré ici le conserver, tout en signalant le fait

4. dans le manuscrit, entre les mots absurdité et autodestructrice, figuraient quelques mots qui ont été barrés au feutre rouge fin

puis entièrement recouverts au stylo bille rouge lors d’une série de modifications ultérieures ;

par ailleurs, notons que sciences est une lecture en partie conjecturale

5. dans le manuscrit, le premier jet de ce vers était la réelle noblesse est de savoir comment calmer,

ensuite, le poète a mis noblesse entre parenthèses, puis il a barré ce mot, écrit juste au-dessus dilemme et transformé l’article la en le, tout cela au feutre rouge fin ;

lors de la série de modifications ultérieures au stylo bille rouge, le poète a transformé le réel en l’irréel,

barré les mots est de, ajouté, dans l’interligne supérieur, consiste donc et, dans l’interligne inférieur, à

juste en dessous de l’espace séparant de (barré) et savoir (conservé), donnant ainsi au vers la forme transcrite ici

6. dans un premier temps, le poète avait écrit l’angoissé existentiel, puis, lors de la série de modifications ultérieures au stylo bille rouge,

le é d’angoissé a été transformé en e et la marque du féminin a été ajoutée à existentiel

7. le mot extatique a été ajouté lors de la série de modifications ultérieures au stylo bille rouge ;

il est écrit de biais, de manière à éviter en partie l’un des multiples petits dessins indiqués à la fin de la note 1 ci-dessus

8. dans un premier jet, ce vers était semble-t-il démoniaque (lecture conjecturale) et il était suivi de trois autres vers,

pour remplir / l’insatisfaction / due au présent, qui ont été barrés ;

la lecture de ces vers barrées est, elle aussi, en partie conjecturale ;

il paraîtrait que, dans le mouvement même de l’écriture, le poète avait voulu déplacer le mot démoniaque

pour le situer entre pour remplir et l’insatisfaction

9. dans un premier temps, ce vers était pour de nouveaux suivi d’un mot barré de façon à le rendre illisible et remplacé par effrois ;

ensuite, lors de la série de modifications ultérieures au stylo bille rouge, le poète à barré le mot effrois,

a ajouté juste au-dessus le mot extases et a transformé nouveaux en nouvelles ;

notons que, comme souvent, les “s” de nouvelles et d'extases ne sont pas explicites,

mais la construction nous semble les exiger

10. service est une lecture en partie conjecturale

11. surseoir est une lecture en partie conjecturale

12. dans un premier temps, ce vers était à la fatalité finale, puis, apparemment dans le mouvement même de l’écriture,

le mot finale a été barré au feutre fin rouge et le poète a écrit suspensible, une lecture en partie conjecturale

horizontal rule

éric meyleuc

inédit

© ayants-droit d'Éric Meyleuc

horizontal rule

Retour en haut de la page                                                                                                                                                                           Poème précédent Poème suivant
Bienvenue ] Sommaire de la section ] Sommaire général ] Les nouveautés ] Agenda ] Poèmes du mois ] É. Meyleuc et son œuvre ] P. Vianna et son œuvre ] Poèmes divers ] Poèmes très courts ] Acrostiches ] Poèmes et images ] Poèmes graphiques ] Poèmes dits ] Poèmes en musique ] Poèmes et sculptures ] Poèmes en vidéo ] Des sites à visiter ] Contact ]

Les textes, les sons et les images qui figurent dans les différentes pages de ce site sont protégés par les lois nationales et les conventions internationales en vigueur. Leur reproduction par quelque moyen que ce soit demeure soumise à l'autorisation de l'auteur. Selon les normes et usages habituels, les courtes citations à objectif pédagogique et non commercial sont autorisées à condition que les sources soient clairement indiquées

Ce site est optimisé pour le navigateur Mozilla Firefox sur un écran plat 19"
avec "taille du texte" ("text size") réglée à “moyenne" ("middle") dans le menu "affichage" ("view")
Pour toute question ou tout problème concernant ce site web, envoyez un courrier électronique à
pvianna@free.fr
en cliquant sur l'adresse ci-dessus si vous utilisez "outlook express" ou sinon à partir de votre messagerie habituelle
© Pedro Vianna                                                    dernière mise à jour : 15 septembre 2022